Le parlement gambien a voté une loi annulant l’interdiction des mutilations génitales féminines (MGF). Il supprime ainsi les protections juridiques dont bénéficient des millions de jeunes filles.
Une nette majorité de l’Assemblée nationale de la Gambie a voté en faveur d’un projet de loi visant à annuler l’interdiction des MGF, le 18 mars. Des commissions parlementaires vont se pencher sur la loi en vue d’un vote final dans trois mois.
Si elle est approuvée, cette décision fera de la Gambie le premier pays au monde à révoquer les protections juridiques contre cette pratique.
Les militants des droits de l’homme affirment que l’annulation de l’interdiction, qui a été introduite en 2015, réduira à néant des décennies de travail pour mettre fin aux mutilations génitales féminines.
« Nous constatons déjà une augmentation des cas de mutilations génitales féminines pratiquées ouvertement au sein de notre communauté, alors imaginez ce qui se passerait si cette loi était abrogée », déclare Fatou Baldeh, militante des droits de la femme en Gambie et survivante de mutilations génitales féminines.
Jaha Dukureh, qui a fondé une organisation visant à mettre fin aux mutilations génitales féminines, a également condamné le résultat du vote. Elle le décrit comme « un triste jour dans l’histoire de la Gambie ».
« Si ce projet de loi est adopté, il donne [aux législateurs] une chance de s’attaquer à la loi sur le mariage des enfants, il leur donne une chance de supprimer la loi sur la violence domestique », a-t-elle déclaré à la BBC.
« Il ne s’agit pas seulement des mutilations génitales féminines, mais aussi des femmes et du contrôle de leur corps. »
Qu’est-ce que les mutilations génitales féminines ?
Les mutilations génitales féminines consistent à couper ou à enlever délibérément les organes génitaux externes d’une femme.
Il s’agit souvent de l’ablation ou de la coupure des lèvres et du clitoris, et l’Organisation mondiale de la santé les décrit comme « toute procédure qui lèse les organes génitaux féminins pour des raisons non médicales ».
Omnia Ibrahim, blogueuse et réalisatrice égyptienne, affirme que les mutilations génitales féminines sont pénibles et nuisent aux relations sexuelles des femmes et à la façon dont elles se sentent elles-mêmes.

« Vous êtes un glaçon. Vous ne ressentez rien, vous n’aimez rien, vous n’avez aucun désir », dit-elle.

Omnia dit qu’elle a lutté durant toute sa vie d’adulte contre les conséquences psychologiques des mutilations génitales féminines. Elle explique que sa communauté lui a appris qu' »un corps est synonyme de sexe et que le sexe est un péché ». « Pour moi, mon corps était devenu une malédiction. » « Je me demandais toujours : est-ce que je déteste le sexe parce qu’on m’a appris à en avoir peur, ou est-ce que je n’en ai vraiment rien à faire ? »
Bien que les mutilations génitales féminines soient illégales dans de nombreux pays, elles sont encore couramment pratiquées dans certaines régions d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient, ainsi que dans la diaspora de ces pays où elles sont courantes.

Il existe quatre types de MGF :

Type 1 : clitoridectomie. Il s’agit de l’ablation totale ou partielle du clitoris sensible et de la peau qui l’entoure.
Type 2 : Excision. Il s’agit de l’ablation partielle ou totale du clitoris et de l’ablation des petites lèvres, ou plis cutanés intérieurs entourant le vagin.
Type 3 : Infibulation. L’ablation et le repositionnement des petites lèvres et des grandes lèvres – les plis cutanés extérieurs qui entourent le vagin. Cette opération s’accompagne souvent de points de suture afin de ne laisser qu’un petit espace.
Cette pratique est non seulement extrêmement douloureuse et pénible, mais elle présente également un risque permanent d’infection : la fermeture du vagin et de l’urètre ne laisse aux femmes qu’un très petit orifice par lequel s’écoulent les menstruations et l’urine. En fait, l’ouverture est parfois si petite qu’il faut l’ouvrir pour permettre les rapports sexuels ou l’accouchement, ce qui entraîne souvent des complications qui nuisent à la fois à la mère et à l’enfant.
Type 4 : il s’agit de toutes les autres procédures préjudiciables telles que la piqûre, le perçage, l’incision, le grattage et la cautérisation du clitoris ou de la zone génitale.
Pourquoi cela se produit-il ? De nombreuses femmes interrogées par l’Unicef et l’OMS ont déclaré qu’il était tabou d’évoquer les MGF au sein de leur communauté, de peur d’attirer les critiques de personnes extérieures ou, dans les pays où les MGF sont illégales, de peur que des membres de la famille ou de la communauté ne soient poursuivis en justice.

Les chiffres sont donc basés sur des estimations.

La carte ci-dessus a été établie par The Woman Stats Project, qui a rassemblé des recherches sur la question, y compris des données des Nations unies et de l’Unicef.
Les Nations unies estiment que si les MGF sont concentrées dans 30 pays d’Afrique et du Moyen-Orient, elles sont également pratiquées dans certains pays d’Asie et d’Amérique latine. Et parmi les populations immigrées vivant en Europe occidentale, en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande.
Depuis la mise en place du programme conjoint Unfpa-Unicef sur l’élimination des mutilations génitales féminines, 13 pays ont adopté une législation nationale interdisant les mutilations génitales féminines.
Le programme a également aidé plus de six millions de filles et de femmes à bénéficier de services de prévention, de protection et de traitement liés aux mutilations génitales féminines.
Quelque 45 millions de personnes dans les communautés de 15 pays ont désormais déclaré publiquement qu’elles abandonnaient cette pratique.

Tchadanthropus-tribune avec BBC Le Point Afrique

360 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire