Après la grande prière, les membres du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques sous la conduite de leur président, Dr Mahamat Khatir Issa,ont fait le déplacement du Palais Toumaï pour présenter leurs vœux au Président de Transition, Président de la République, Chef de l’Etat, Général MAHAMAT IDRISS DEBY ITNO.

 

C’était en présence du Premier Ministre, Saleh Kebzabo, du 1er Vice Président du Conseil National de Transition, Saleh Maki et des proches collaborateurs du Chef de l’Etat.

 

Ils sont venus au grand complet, comme de tradition, présenter leurs vœux au Président de la République, à sa famille, au Gouvernement et au peuple tchadien tout entier. En leurs noms, c’est le Président du CSAI, Dr Mahamat Khatir Issa qui a eu l’honneur de s’adresser au Chef de l’Etat. Outre les vœux de bonheur, de santé et de prospérité formulés, il a imploré la miséricorde de Dieu pour un Tchad en paix, uni et prospère.

 

Occasion aussi pour le Président du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques de réaffirmer au Chef de l’Etat, le soutien et l’appui du CSAI pour le bon achèvement de la transition phase II. « Les grands hommes se mesurent par les grands services qu’ils rendent à l’humanité. Dieu Tout Puissant vous a chargé de diriger cette nation, il voit ce que vous faites. La société tchadienne attend beaucoup de vous, alors n’ayez pas peur de la vérité et des blâmes d’autrui », a-t-il dit.

 

En réponse aux vœux des oulémas, le Chef de l’Etat, Général MAHAMAT IDRISS DEBY ITNO a tout d’abord exprimé sa reconnaissance à Dieu qui continue à faire jouir le Tchad de la paix et de la stabilité. Le chef de l’Etat a ensuite eu une pensée pieuse pour les frères soudanais qui traversent des moments difficiles. Tout en invitant ses concitoyens à partager le peu qu’ils ont avec les réfugiés, le Président de la République a réitéré son appel à l’endroit des parties belligérantes

 

 

Pour le Chef de l’Etat, « le sang des soudanais a coulé inutilement et il continue de couler. Les Généraux en guerre doivent arrêter immédiatement les hostilités et donner la chance à leur pays de ne pas s’écrouler en tant qu’État ».

« C’est une catastrophe qui se dessine à nos portes, et cela nous préoccupe au plus haut point tant les liens avec ce pays frère et ami sont grands.  Du point de vue politique et diplomatique, le Gouvernement tchadien s’emploie aux côtés d’autres pays afin de créer les conditions pour des pourparlers directs. Nous disons avec conviction que le dialogue est la seule solution, il est le seul combat qui mérite d’être mené » relève non sans amertume le Chef de l’Etat.

La conduite de la transition, de sa première phase à nos jours, guidée par la politique de large ouverture, de réconciliation nationale et de pardon n’a pas été perdue de vue par le Président de Transition. Dans cet esprit, le Chef de l’Etat, du haut de la tribune, a réitéré son pardon à tous ceux qui, condamnés ou non, sont impliqués dans l’insurrection du 20 octobre 2022. Invitation est également adressée à ceux d’entre eux, qui ont quitté le pays à le regagner afin de participer à la construction de la nation.

« La transition a été pensée inclusive et elle sera inclusive jusqu’à son terme. Ceci n’est autre que le respect de la volonté du peuple tchadien exprimée par ses représentants lors du DNIS. La population fonde un grand espoir, elle nous attend. Elle veut que les institutions soient profondément réformées suivant l’esprit du dialogue, elle veut surtout que son quotidien soit amélioré. J’ai pu mesurer les souffrances endurées par les populations lors de ma tournée à l’intérieur du pays. J’ai pu toucher du doigt ces réalités qui ne nous laisse aucun autre choix que de répondre dans l’immédiat pour certaines » dira le Président de la République.

Le Tchad nouveau en construction appelle à un comportement citoyen et responsable, dira le Chef de l’Etat qui conseille ses compatriotes de se départir de certaines mauvaises habitudes.

« Dans notre marche vers la refondation et pour le retour à l’ordre constitutionnel, l’administration publique, la classe politique et partant toute la société doivent se départir de certaines mauvaises habitudes comme la corruption, le népotisme, le détournement des deniers publics pour ne citer que cela. Des tares que j’ai évoquées dans ce même lieu et qui continuent par plomber nos efforts. J’appelle tous les Oulémas du Tchad et tous les érudits d’autres religions à faire de ce combat une priorité, qu’ils puissent dans un même élan, soutenir nos efforts en matière de l’assainissement de la vie publique », relève t-il.

Egalement sensible à la souffrance subie par certains pèlerins tchadiens, le Chef de l’Etat annonce le détachement de la commission Hadj de la Présidence et son placement sous la tutelle du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques.

Saisissant l’opportunité, le chef de l’Etat a exprimé sa satisfaction de voir le projet de la nouvelle constitution adopté par le Conseil National de Transition. Cette étape franchie, le projet sera soumis à la souveraineté du peuple par voie référendaire en vue de son adoption finale ou son rejet, a-t-il dit.

A l’issue de la cérémonie une Fatiha a été dite pour la paix, la stabilité et le développement au Tchad.

e de couler. Les Généraux en guerre doivent arrêter immédiatement les hostilités et donner la chance à leur pays de ne pas s’écrouler en tant qu’État ».

 

« C’est une catastrophe qui se dessine à nos portes, et cela nous préoccupe au plus haut point tant les liens avec ce pays frère et ami sont grands. Du point de vue politique et diplomatique, le Gouvernement tchadien s’emploie aux côtés d’autres pays afin de créer les conditions pour des pourparlers directs. Nous disons avec conviction que le dialogue est la seule solution, il est le seul combat qui mérite d’être mené » relève non sans amertume le Chef de l’Etat.

 

La conduite de la transition, de sa première phase à nos jours, guidée par la politique de large ouverture, de réconciliation nationale et de pardon n’a pas été perdue de vue par le Président de Transition. Dans cet esprit, le Chef de l’Etat, du haut de la tribune, a réitéré son pardon à tous ceux qui, condamnés ou non, sont impliqués dans l’insurrection du 20 octobre 2022. Invitation est également adressée à ceux d’entre eux, qui ont quitté le pays à le regagner afin de participer à la construction de la nation.

 

« La transition a été pensée inclusive et elle sera inclusive jusqu’à son terme. Ceci n’est autre que le respect de la volonté du peuple tchadien exprimée par ses représentants lors du DNIS. La population fonde un grand espoir, elle nous attend. Elle veut que les institutions soient profondément réformées suivant l’esprit du dialogue, elle veut surtout que son quotidien soit amélioré. J’ai pu mesurer les souffrances endurées par les populations lors de ma tournée à l’intérieur du pays. J’ai pu toucher du doigt ces réalités qui ne nous laisse aucun autre choix que de répondre dans l’immédiat pour certaines » dira le Président de la République.

 

Le Tchad nouveau en construction appelle à un comportement citoyen et responsable, dira le Chef de l’Etat qui conseille ses compatriotes de se départir de certaines mauvaises habitudes.

 

« Dans notre marche vers la refondation et pour le retour à l’ordre constitutionnel, l’administration publique, la classe politique et partant toute la société doivent se départir de certaines mauvaises habitudes comme la corruption, le népotisme, le détournement des deniers publics pour ne citer que cela. Des tares que j’ai évoquées dans ce même lieu et qui continuent par plomber nos efforts. J’appelle tous les Oulémas du Tchad et tous les érudits d’autres religions à faire de ce combat une priorité, qu’ils puissent dans un même élan, soutenir nos efforts en matière de l’assainissement de la vie publique », relève t-il.

 

Egalement sensible à la souffrance subie par certains pèlerins tchadiens, le Chef de l’Etat annonce le détachement de la commission Hadj de la Présidence et son placement sous la tutelle du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques.

 

Saisissant l’opportunité, le chef de l’Etat a exprimé sa satisfaction de voir le projet de la nouvelle constitution adopté par le Conseil National de Transition. Cette étape franchie, le projet sera soumis à la souveraineté du peuple par voie référendaire en vue de son adoption finale ou son rejet, a-t-il dit.

 

A l’issue de la cérémonie une Fatiha a été dite pour la paix, la stabilité et le développement au Tchad.

Le Tchadanthropus-tribune 

1296 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire