Les voyageurs des vols Air-France de dimanche dernier à l’arrivée à N’Djamena et ceux de la Royal Air-Maroc en garderont un bon souvenir.

À l’arrivée des vols de ces deux compagnies, les policiers, les douaniers et les agents de l’ANS en faction à l’aéroport Hassan Djamouss de N’Djamena ont été priés de dégager les lieux. Les contrôles et fouilles ont été pris en charge par la garde présidentielle directement envoyée depuis la présidence tchadienne.

Que cherche-t-elle en particulier ?

Quelle est la mission qui lui a été assignée ?

À moins d’une semaine de la visite de Macron à N’Djamena, Idriss Déby voudrait faire comprendre que la sécurité est confiée à sa garde personnelle, car il le sait comme tous les tchadiens la contrebande ambiante qui s’est établie à l’aéroport Hassan Djamouss.

Mais de l’avis des connaisseurs, on laisse entendre que les autorités françaises se passeraient volontiers du système sécuritaire de la partie tchadienne, car celle-ci sera assurée par l’équipe dépêchée depuis Paris, et les forces françaises (Barkhane et autres) sur place à N’Djamena.

Alors que cache cette descente spontanée de la garde présidentielle à l’aéroport de N’Djamena ?

Ce soir-là les valises, chaque valise a été fouillée de point en comble. Femmes et enfants ont été privilégiés et ont pu quitter l’aéroport vers 2 h 47. Il y a des voyageurs qui sont rentrés chez eux à 4 h 30 du matin.

La trouvaille à chercher va se savoir, Tchadanthropus-tribune continuera l’investigation.

Tchadanthropus-tribune

1892 Vues

  • Sa plaisir d’avoir fouiller leurs bagages, car les occidents (Français) veulent déstabiliser le L’Afrique précisément le Tchad. On’a pas besoin des occidents pour notre développement, donc j’encourage les Agent sécuritaire du Tchad renforcer la sécurité de plus en plus fort merci.

    Commentaire par AHMAT YACOUB MOUSSA le 20 décembre 2018 à 18 h 25 min