La Journée mondiale de l’eau se célèbre  chaque 22 mars afin d’attirer l’attention sur l’importance de l’eau et de plaider pour la gestion durable de cette ressource naturelle. Il s’agit d’agir pour lutter contre la crise mondiale de l’eau, en appui à l’Objectif de développement durable (ODD) 6 : eau et assainissement pour tous d’ici 2030.

En 2024, la Journée mondiale de l’eau se concentre sur l’eau pour la prospérité et la paix. L’UNESCO et la Commission économique des Nations unies pour l’Europe coordonnent cette célébration pour les Nations unies.

L’accès à l’eau est un droit humain. Pourtant, 2,2 milliards de personnes vivent sans services d’eau potable gérés de façon sûre, ce qui a des effets dévastateurs sur leur vie et sur la société en général.

Un cycle de l’eau bien géré est le fondement des progrès réalisés dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, notamment en ce qui concerne la faim, l’équité entre les sexes, la santé, l’éducation, les moyens de subsistance, la durabilité et les écosystèmes.

L’eau est également au cœur de l’adaptation aux changements climatiques, car elle constitue un lien essentiel entre le système climatique, la société humaine et l’environnement.

Au Tchad, d’après une étude réalisée par l’UNICEF, moins d’un enfant sur deux à accès à l’eau potable. Cette insuffisance de l’eau potable a des conséquences non négligeables. Toujours d’après la même source, 22% des enfants de moins de 5 ans vivant au Tchad souffrent des maladies diarrhéiques dues à l’insalubrité de l’eau. Le pays compte 12 250 écoles mais près de 80%, soit 8/10 n’ont pas accès à l’eau potable. Quelques efforts ont été faits pour une amélioration de la situation mais le défi reste encore considérable.

 

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

298 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire