La course au bling-bling continue de plus belle entre proches d’Idriss Déby. Le pays est supposé en crise, mais sous trappe l’argent circule autour du clan grâce aux marchés publics royalement octroyés par le chef du clan aux siens. Après l’avion du maire d’Amdjaress Aboud Hachim, voilà le Falcone tout neuf flambant de Bedey.

Depuis quelques jours, Idriss Déby s’est retiré à Amdjaress, la bourgade que dorénavant tous les Tchadiens connaissent, dans sa résidence d’hiver selon RFI. Aussitôt arrivée et bien avant la venue du 1er ministre français Jean Castex, plusieurs courtisans se sont agglutinés sur place, certains l’auraient même devancé sachant qu’en cette période l’on y accourt parce qu’il y a partage des rôles et des postes. Au-delà de ceux qui sont officiellement convoqués pour des concertations officielles (gouvernement, élection et échéance électorale à venir), plusieurs rapaces sont là-bas par ce froid tenace au gout du clientélisme, et du népotisme qui sied le régime Déby.

Sur place, les fils, les neveux, les oncles de Déby qui ont fait le déplacement s’inventent des rivalités pour ameuter leurs potes afin de les introduire pour en profiter. Chacun veut placer les siens pour mieux voler demain s’il hérite d’un poste quelconque, juteux comme le disent les proches du clan. Mais des fois la nature joue aussi de troubles.

Si les mesures barrières sont rarement respectées sur place, l’agglutinement de tous ces vautours ne plait pas au maitre des lieux, et la positivité au Covid-19 du maire d’Amdjaress et son épouse n’arrange pas la situation. Idriss Déby vient de demander à tout ce monde de dégager les lieux, sauf pour la présence de ceux jugés nécessaires. Certains membres du bureau des anciens Bamina, Bureau de soutien tout en couleur aux élections, tous sont priés de rompre les rangs. Entretemps, ceux qui étaient venus en 1er ont été servis. Les décisions seraient prises et, le retour d’Idriss Déby à N’Djamena annonce les couleurs, les valses de remaniement et autres décisions à tenir. Tout cela, pendant que le régime à N’Djamena embastille les opposants, ne leur laissant aucune occasion pour sensibiliser leurs militants, faire tout pour les retarder de battre campagne.

Dès les soins traditionnels terminés, Idriss Déby reviendra sur N’Djamena, et la République au brevet « Bananière “ continuera son exercice. 

Tchadanthropus-tribune

2484 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article