Malgré l’opposition directe et claire des ressortissants de l’Ennedi sur le fait que Amdjaress soit la capitale de l’Ennedi au détriment de la ville historiquement connue de Fada, le régime MPS serait en train d’entériner cette décision. Ceux qui ont suivi l’affaire pendant le forum dit national et inclusif s’en rappellent encore. Les débats ont été houleux, suivi de plusieurs trahisons des fils mêmes de la région qui ont cloué le bec, préférant les miettes du régime que de dénoncer un fait réel et logique. Face à Idriss Déby, personne ne daigne ouvrir la bouche pour dire la vérité. Amdjaress est un mirage du genre Gbadolite, Bessada (pas arrivé à son terme), et autre villégiature de petits roitelets en argile. Elle s’est construite de manière inégale sur le dos des Tchadiens. Fada est une ville de l’histoire et de caravane, connue depuis nos “ indépendances “ jusqu’à nos jours. Cette ville résulte presque à elle seul le combat contre l’oppresseur libyen et l’annexion de notre pays. Combien de martyrs tchadiens ont laissé leurs vies pour sa liberté, et dire combien des fils du BET se sont battus pour elle. À ces moments, où était Amdjaress ? Il ne faut pas refaire l’histoire à sa manière, et on ne peut gommer d’un revers de la main ce qui revient à la logique. Dans les années 1980 jusqu’aux années 1987 au firmament des combats contre Kadhafi, une certaine génération avait découvert grâce aux faits d’armes Kalait, Koba Olanga, Sallal, Faya, Fada, Ounianga, Ouadi Doum, Zouar, Bardaï et Aouzou fer de lance d’une certaine libération d’occupation libyenne. Au Journal parlé on évoquait Abéché, Biltine, Iriba, Amzoer, Arada, Adré, Goz-Beida, et Guéreda, où était Amdjaress ? L’histoire du Tchad, la vraie faudrait la raconter aux nouvelles générations. Même en 1990 à l’arrivée des honnis du MPS Amdjaress était méconnue. Ceux qui ont accompagné le MPS parlaient de Insrou, Bao, ou un certain Bamina… illustre campagne sortie de nulle part. Amdjaress est une lubie dopée d’infrastructures pour le besoin de la cause, mais ne peut se sursoir à la ville de Fada.

Voilà donc que le projet qui a été bloqué, freiné à cause de la position des chefs traditionnels de l’Ennedi et la pétition de ses cadres et fils, ce même projet vient d’être dépoussiéré à la présidence des itno, pour le faire adopter lors du dernier Conseil ordinaire des ministres tenu ce 31 mai 2018 approuvant le projet d’Ordonnance déterminant les principes fondamentaux de l’organisation administrative du territoire de la République du Tchad.

Un nouveau découpage administratif en 17 provinces. Au lieu de BET (Borkou-Ennedi-Tibesti), les Tchadiens se verront imposer BAT (Borkou-Amdjaress-Tibesti).

Tchadanthropus-tribune

2048 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article