Tout le monde le sait, Idriss Déby s’est retiré comme à l’accoutumée dans sa bourgade des 3 ânes pour se reposer. Dans son sillage, plusieurs annonces festives furent faites, une réunion de concertation du clan et de la famille, et une assise des compagnons de ces baministes qui ne s’illustrent que par la rapacité des biens publics.

A Amdjaress, d’après nos sources, rien ne fut fait comme annoncé. D’abord au début de sa venue dans son village, le maréchal dictateur était très fatigué et les objectifs à atteindre devraient se suffire au repos, et prises de médicaments.

D’ailleurs ceux qui se sont précipités pour y être en même temps que lui n’ont pu le voir à cause d’un refus strict du protocole sur ordre de Déby lui-même.

Passé le temps de repos, un conseil de concertation eut lieu au sujet des généraux présumés complices de trafic de drogues. Dans ce sujet, l’histoire ne s’est pas éteinte malgré le procès fait à N’Djamena. Les services occidentaux continuent de pousser afin qu’ils soient condamnés fermement au lieu de les couvrir à travers un procès qui semble être fait avec plusieurs guillemets.

Les avis étaient divergents, et la balance semble faire bloc derrière ces généraux, car les livrer à la justice risque de porter un coup aux alliances claniques établies, et cela mènera sans doute à l’éclatement du système surtout par ce temps où la fronde des Zaghawa au sein de la communauté reste véhémente. Les échos de ces réunions auraient énervé la Hinda qui est revenue à N’Djamena où certaines obligations l’attendaient.

Les Baministes à leur tour veulent coute que coute remodeler le facteur responsabilité sur les postes au sein du régime. Ils estiment être les chantres de ce régime qu’ils ont installé, et que tous les autres intervenants de la 25e heure ne doivent être bien vus qu’eux. Si depuis N’Djamena leur influence perdure sur les nominations, ils tirent tous à boulets rouges sur Kogri Ahmed le patron des services, à qui ils veulent lui échoir le poste, et la 1ère dame Hinda qui est accusée de s’accaparer de tout.

Selon la même source, Idriss Déby ne les a pas rencontrés tous ensembles, mais certains en comité, puisque même au sein des Baministes il existe de bagarre de clochers. Résultats le conclave des Baministe a eu un goût d’inachevé.

Les concertations en off ont failli avoir la tête du ministre de l’Économie Issa Doubragne. D’anciennes affaires liftées par l’IGE semblent être mises sur la table. Deux généraux à Amdjaress ont ré ouvert le dossier qui avait vu ledit ministre gardé un temps à vue grâce à un rapport de l’IGE. L’affaire mal expliquée à énerver le “maréchal “ qui aurait lâché “Je vais le relever “. Ce terme fut rapporté tel le téléphone arabe par les deux généraux à embraser la sphère de la capitale, créant un buzz éphémère. Bien après les choses se seraient tassées, mais rien ne dit que la fumée n’a pas un brasier qui continue de couver.

Mais, loin bien sûr des jérémiades de N’Djamena, et les Fakes news tronqués, plusieurs réflexions auraient lieu. La stratégie pour faire converger les soutiens sur la candidature reconduction prochaine du Tchadien Moussa Faki à l’Union africaine, placer à un poste de responsabilité l’ex-candidat au poste de DG de l’ASECNA Mahamat Awaré Neissa, puisque le Tchad l’a sacrifié pour des soutiens à l’U.A. De l’organisation d’un forum Inclusive qui déterminera une retouche encore de la constitution, et revenir à mettre en place le poste du 1er ministre.

Apparemment la présidence intégrale arrive à sa limite, et le seul Pahimi Kalzebeut semble être usé par la masse de travail qui l’assaille…

Le retour du Maréchal est scruté.

Tchadanthropus-tribune

3602 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article