La campagne du prisonnier politique au Tchad Mahyedine Babouri attire l’attention de la communauté internationale. En Europe et en France, Amnesty internationale fait une campagne depuis plusieurs mois sur le sort de notre compatriote Mahyedine Babouri emprisonné au Tchad par le régime d’Idriss Déby qui lui reproche d’avoir dénoncé la mauvaise gouvernance. Mahyedine Babouri est emprisonné et torturé et enchainé par la police politique (ANS) aux ordres de la présidence des Itno. Les responsables de l’ANS de l’époque (Djiddi Saleh et Ismaat) ont procédé à sa torture physique jusqu’à l’élaboration d’un rapport par la croix rouge et les dénonciations des activistes de la diaspora tchadienne à l’étranger. Aujourd’hui, grâce à Amnesty internationale, le monde sait qu’il y a des prisonniers politiques au Tchad et qu’Idriss Déby en est le 1er responsable.

Pour information, Mahyedine Babouri est torturé à mort par ses geôliers. Les chaines avec lesquelles il a été attaché lui ont créé des blessures atroces. Sa situation sanitaire n’est pas reluisante. Il souffre de plusieurs pathologies et il risque de perdre la vue. La campagne d’Amnesty internationale est pour alerter aussi les ONG et médecins sans frontière, tout comme la croix rouge pour lui venir en aide. Plusieurs autres prisonniers politiques existent au Tchad, assez souvent envoyés au bagne de Koro-Toro, une prison en plein désert dont les conditions de vie sont inhumaines.

Tchadanthropus-tribune

1094 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article