Par un décret rendu public en date du 28 mars 2023, toutes les antennes de l’Agence Nationale de Sécurité (ANS) dans les provinces sont supprimées. Cette décision est intervenue pour mettre fin aux arrestations illégales des personnes ou des interpellations par des individus se réclamant agents de ladite institution qui opèrent dans les provinces avec des cellules mais peu identifiables. Il s’inscrit également dans l’objectif des autorités de réformer l’Agence Nationale de Sécurité (ANS).

                    

En lieu et place de la  suppression de ces antennes,   un nouveau organigramme a été mis en place centralisé  dans les gouvernorats des provinces et composé des chefs de division de renseignements provincial qui  opèrent  dorénavant officiellement comme des vrais agents de renseignements de l’État et sont installés dans les locaux des gouverneurs.

Cet organigramme ne dispose aucune prison de l’ANS dans les provinces comme les anciens agents mais joue essentiellement le rôle des agents de renseignement avec les ordres venant de Ndjamena.

 Cependant, les seules prisons légitimes sont celles sous l’égide du ministère de la Justice.

 

Il faut aussi noter que ces Chefs de divisions de renseignements sont nommés qu’au nombre de trois agents par province. Tout autre institution ou groupe d’individu opérant au nom de l’ANS avec des cellules ne peuvent qu’être considéré comme des malfrats.

 

Le Tchadanthropus-tribune

2050 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire