Ahmed Kogri a été sur l’angle de tir d’une gent qui a bien voulu avoir sa peau sans y parvenir, mais, mais il n’est pas encore hors danger selon nos câbles à N’Djamena.

De sources dignes de foi, la masse qui a déposé plainte contre lui pour les avoir renvoyés sans aucune indemnité ont organisé tous leurs soutiens pour le dégommer. Chefs de cantons, personnes influentes auprès de Déby, les inamovibles Généraux, un ancien de patron de l’ANS. Tout a été mis en ordre de marche pour faire tomber Kogri.

De l’avis des observateurs de l’intérieur, ce dernier concentre sur lui la foudre de plusieurs agents fictifs engagés pour entretenir des familles simplement par filiation communautaire. Il paraît qu’il y a des gens qui vivent au village, vieux, femmes, enfants, et qui ont des salaires à l’ANS. Sans compter ceux qui d’une manière ou d’une autre qui assèchent les caisses en se faisant valoir deux ou trois salaires. Plusieurs Darfouris venus dans les malles du MPS se sont enrichis ainsi de cette manière sur le dos des Tchadiens – mais ça il ne faut pas le dire pour ne pas être taxé de haineux qui n’aime pas la communauté Zaghawa – pourtant 70% d’entre ces Darfouris font partie de cette liste.

Il y aurait aussi les mécontents de l’intérieur qui s’affairent à faire remonter à Déby que face à la nouvelle donne qui se dessine, Kogri devrait partir, sauf qu’avec le dernier remaniement l’espoir de certains s’en trouve amenuiser, mais même ainsi faite, Kogri est toujours sur une chaise éjectable. L’ex CEMGA des armées Bacha et le commerçant Hissein Tolli sonnent permanemment à sa porte.

Tchadanthropus-tribune

1367 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article