Monsieur le Premier ministre,

 

Votre sortie on ne peut plus scandaleuse, diffusée en boucle aujourd’hui sur Télé-Tchad,  tirant à boulets rouges sur la société civile tchadienne est à la limite la goutte d’eau qui va faire déborder le vase. Cette sortie est en fait la preuve que vous n’avez pas de solution à la crise sociale et que depuis votre gouvernement  navigue à vue et que vos oreilles sont bouchées pour entendre les souffrances du peuple tchadien.

Les tchadiens dans leur ensemble attendaient de vous de tirer les conséquences de la grave crise sociale qui secoue le pays et d’annoncer courageusement la démission pure et simple de votre gouvernement.  Au contraire, vous avez opté pour le déni et l’affrontement. Votre bouc émissaire c’est la société civile tchadienne.

Monsieur le Premier Ministre, au lieu de cela, il aurait été sage et patriotique de votre part de démissionner car, votre bilan est catastrophique: Echecs sur toute la ligne se caractérisant par la cherté de  vie qui s’est aggravée depuis que vous êtes aux commandes; une pénurie historique de carburant  bloquant toute activité économique du pays;  des détournements à ciel ouvert des deniers publics s’élevant en milliards provoquant la non-exécution de plusieurs projets et programmes; des trucages des résultats d’entrée à l’Enam, pour ne citer que ces problèmes.

 

Au lieu dont de tirer votre révérence face à cette faillite totale, Monsieur le Premier Ministre vous avez choisi, vous et vos ministres et en tête celui de la communication, de vous en prendre à la société civile tchadienne d’avoir pousser les jeunes à descendre dans les rues des grandes villes du pays. Eh bien, vous prouvez par cette sortie que vous avez perdu le contrôle de la situation et pire, que  vous  n’avez aucun respect pour la jeunesse tchadienne qui, selon vous est immature et manipulable à souhait par l’opposition ou la société civile.

 

 Sachez pour votre information Monsieur le PM, que la jeunesse tchadienne était descendu dans la rue de manière spontanée, sous l’injonction de personne car, elle en a marre des détournements des deniers publics, de l’injustice, de la cherté de vie bref, d’avoir été trahie par toute la classe politique, celle au pouvoir comme l’opposition. Personne d’autre que la jeunesse tchadienne ne peut revendiquer le crédit de ces manifestations. Et même les gesticulations de l’opposition et de la société civile pendant ces manifestations n’étaient d’ailleurs que pures tentatives de récupération d’un mouvement citoyen spontané de la jeunesse.

 

J’ai envie de m’étendre longuement sur votre attitude face à la société civile mais je préfère laisser à cette dernière le soin de vous répondre du rappel à l’ordre insultant et infantilisant que vous avez lui avez affligé lors de votre rencontre aujourd’hui.

 

Cependant, j’aimerai avant de vous quitter Mr le PM, vous dire ceci: Si tel est votre plan de contrer cette grogne sociale, vous avez raté votre cible. Au lieu de vous en prendre à cette société civile, qui est d’ailleurs dans son rôle, celui de défendre le peuple (encore faut-il qu’elle le fasse déjà bien), vous aurez dû disais-je, Mr le PM, réunir votre gouvernement et lui passé le savon pour sa gestion hasardeuse et calamiteuse ayant conduit à cette crise sociale. De grâce, revenez un peu à la décence, et pour l’amour des tchadiens et du Tchad, quittez avec votre gouvernement pour faire place à une nouvelle équipe de technocrates intègres et rigoureux pour juguler les différentes crises que nous traversons.

 

 Les solutions pour remettre le Tchad en selle afin d’offrir aux tchadiens un niveau de vie confortable où les tchadiens  pourront tous avoir accès à l’éducation,  aux soins de santé, à la nourriture, à la sécurité et à une justice équitable, ces solutions,  existent et sont connues. Si vous n’avez pas le courage et l’intelligence de les intégrer dans vos priorités de gestion et de les faire appliquer, alors vous et vos ministres ne méritez plus d’être en charge du gouvernement du Tchad.

 

Le pays est déjà en faillite, ne cherchez pas à l’enfoncer  davantage. Les jeunes tchadiens veillent aujourd’hui. Ils ne se laisseront plus faire.

 

Monsieur le Premier Ministre, je vous serai gré d’entendre  cet appel, le dernier appel pour être plus  net, que je vous lance  au nom de la jeunesse tchadienne.

 

Merci,

Ousmane Hamay

Ottawa, Canada

 

316 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article