Selon nos informations, plusieurs compagnies de l’armée d’Idriss Déby sont rappelées afin de se regrouper non loin de Bol au Lac-Tchad.

L’état-major des armées instruit par son patron a donné l’ordre aux éléments de Wour, Gouro, Moussoro, Berdoba, et Amdjaress, de converger à un point non loin de la ville de Bol. Les sources en interne évoquent que tous ces éléments sont regroupés pour une intervention aux frontières du Burkina Faso, du Niger où des éléments djihadistes et terroristes mettent en mal les armées de ces pays.

Si le fond de cette intervention en solidarité des pays frères africains ne pose pas de problème, sur la forme elle n’est pas légitime, car pour envoyer les enfants du pays mourir loin du territoire national il faut au préalable consulter l’Assemblée nationale. Dans le cas d’espèce Déby s’en fout éperdument des institutions même quand elles lui sont dévolues. C’est ce qui crée un aspect illégitime à l’intervention des soldats tchadiens.

La France qui l’adoube et lui conseille d’envoyer nos compatriotes se sert d’eux comme une chair à canon. Elle n’est pas la mieux indiquée pour évoquer le respect de la démocratie au Tchad. Pour parler de démocratie, il faut respecter ou faire respecter les institutions de ce pays.

Non plus l’opposition dans son ensemble et la société civile ne devraient pas se taire. Il faut quoique cela coûte dénoncer ces interventions illégitimes. Rester dans le silence c’est cautionner l’aspect illégal de la démarche de Déby, qui n’a que des yeux pour satisfaire ses patrons français.

Tchadanthropus-tribune

3794 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article