La communication du régime MPS sur la disparition de cet hélico MI 17 pose un sérieux problème. Le silence des autorités pendant une semaine et prétendant des recherches a laissé place à toutes les rumeurs qui ont circulé jusqu’à là.

Comment comprendre qu’avec la présence de Barkhane, les sorites d’observation des mirages 2000, le ratissage des Drones depuis Agadez, rien ne fut trouvé alors que ledit hélico MI 17 s’est crashé à 60/70 km de Faya ?

Une semaine de silence, et brutalement un communiqué de l’état-major des armées la veille pour dire que les recherches continuent, et en voilà le lendemain un autre communiqué pour affirmer qu’une épave est retrouvée à quelques encablures de Faya-Largeau.

Que nous cache réellement l’exécutif tchadien ?

Dans ce MI 17, il y avait combien de personnes ? Même si la voix officielle prétend qu’il n’y a que l’équipage composé de Tchadiens diplômés de l’aviation militaire et un mercenaire russe. L’équipage tchadien à qui nous rendons nos condoléances, à leurs familles respectives et leurs proches.

S’en suit ensuite, l’état de l’hélico, vétuste diton, sans GPS et dont 11 mois écoulés n’ont pas permis de l’entretenir. Il faut situer les responsabilités et permettre aux Tchadiens de se faire un avis clair sur la situation, car le Tchad perd une expertise sur les personnes de l’équipage, et de l’argent des contribuables à travers le MI 17.

La suspension seule du chef d’état-major de l’armée de l’armée de l’air et son adjoint ne signifie en rien la donne. Ceux-ci apparaissent comme des fusibles sacrifiés qui seront de suite nommée ailleurs. L’acte d’Idriss Déby est fait pour la consommation nationale. Les langues doivent se délier.

Au sein de la grande muette, une information que l’armée ne dit pas, affirme que 2 milliards de FCFA dans des sacs étaient destinés aux militaires du nord. cet argent se serait volatisé dans ce crash. Vrai ou faux, c’est à l’armée de dire la vérité aux tchadiens.

Le porte-parole de l’armée, le colonel Azem doit davantage expliquer au tchadien dans quelle condition nos compatriotes disparus ont fait le vol et dire l’état réel de l’appareil. L’autopsie doit être réalisée sur le corps de l’équipage qui devrait arriver depuis vendredi dernier à N’Djamena, tout comme l’analyse de la boite noire si l’hélico en dispose, et tirer toutes les conséquences.

Tchadanthropus-tribune

1925 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article