À la demande des autorités tchadiennes, une délégation issue de la Direction générale de l’armement (DGA) française devrait se rendre à N’Djamena début novembre. Elle sera représentée par la division développement international, dirigée par l’ingénieur général de l’armement Gaël Diaz de Tuesta. La direction Afrique de la DGA devrait également envoyer ses experts en renfort.

La délégation tricolore aura pour mission d’effectuer un audit visant à restructurer les Forces armées tchadiennes (FAT), mais aussi à promouvoir les intérêts du business de défense français auprès de l’état-major, chapeauté par le général Abakar Abdelkerim Daoud.

Sur la table depuis plusieurs mois, on recense notamment le dossier de l’armement des deux avions Cessna 208 opérés par l’armée de l’air : c’est la filiale belge de Thales qui avait été retenue pour fournir une centaine de roquettes à guidage laser FZ275, par l’intermédiaire de la société française Sofema (AI du 30/01/23). Bien qu’ayant obtenu en septembre les licences d’export de la part des autorités belges, Sofema doit composer avec la volte-face du général Idriss Amine Ahmed, patron de l’aviation tchadienne. Celui-ci s’est tourné entre-temps vers le groupe émirati Tawazun qui souhaite se positionner sur la fourniture des munitions. Mais à l’heure actuelle, le dossier est encore en stand-by.

La DGA a récemment entrepris de gagner en visibilité en Afrique : début octobre, son directeur Emmanuel Chiva effectuait une tournée sur les bords du golfe de Guinée, au Sénégal, en Côte d’Ivoire, puis au Nigeria.

Tchadanthropus-tribune avec Africa Intelligence

746 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire