Sur Facebook, une vidéo publiée par la page Tchad One montre des soldats français interpellés puis désarmés et immobilisés  à l’Est du Tchad  par des éléments de l’Armée nationale, en date de 18 juin. D’après nos vérifications, c’est un incident qui a eu lieu plutôt le 08 juin près de Farchana, dans le Ouaddaï contrairement à ce qui se fait croire sur les réseaux.

C’est une vidéo d’environ une minute et cinquante-quatre secondes montrant cinq soldats de l’armée française dépouillés de leurs armes et mis à genou. L’on y voit un militaire tchadien en train de les questionner sur leur présence dans la zone. Un autre militaire appartenant aussi aux forces de l’ANT, présenté dans la vidéo comme accompagnateur,  essaie de montrer un ordre de mission de ce convoi. On peut aussi apercevoir l’intercepteur en train de communiquer au téléphone en langue Zagawa et en Arabe local tchadien.

 

Un incident selon les responsables militaires tchadiens 

 

Devenue aussitôt virale, le ministre de la Defense, Yaya Daoud Ibrahim a fait une conférence de presse, le mardi 20 juin 2023, pour apporter plus de précisions sur cette affaire. Il a qualifié cela d’un incident et a déclaré que l’auteur de cette interpellation a été  mis en cellule pour des raisons disciplinaires. « C’est un incident qui n’est pas cordonné, un incident malheureux, nous le déplorons. Nous avons demandé à la force armée française de nous aider afin de rapatrier tous les refugiées soudanais à l’intérieur du pays. C’est ce qui a envoyé la force Barkhane pour voir le terrain. Un éclaireur, un élément qui puisse voir le terrain afin qu’il puisse déployer les moyens de rapatrier les réfugiés. Mais malheureusement un incident s’est passé avec un de nos éléments qui s’est mal comporté et qui est actuellement entre les verrous. Et la discipline va s’imposer sur lui » a indiqué le ministre de la Défense

 

Une mission de reconnaissance d’itinéraire selon les forces françaises au Sahel

 

Selon les informations recueillies, l’incident en question a eu lieu  le 08 juin près de Farchana, une localité de la province  du Ouaddaï, contrairement à ce que rapportent les réseaux sociaux. Les soldats interceptés ont une autorisation délivrée par le gouvernorat de cette province pour une mission de reconnaissance d’itinéraire. Une  chose qui se fait fréquemment par les militaires français détachés dans cette zone. Ces militaires ont quitté la ville d’Abeché ou se trouve leur camp pour rallier Farchana et non Adré comme le font croire des medias sociaux.

 

Le service de communication a indiqué que l’incident n’a duré que quelques minutes et que les soldats interceptés ont pu continuer leur mission aussitôt après l’intervention des autorités de la province.

 

Le Tchadanthropus-Tribune avec Ndjampost

1881 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire