Je m’appelle Issa Ali Barka, j’ai un grand frère bijoutier arrêté arbitrairement le 08 août 2020 par la police du commissariat de l’ordre public N° 1 pour des faits non avérés.

En effet, le samedi 08 Août 2020 devant sa boutique la police s’est présentée avec une dame, et elle lui avait demandé de les suivre au commissariat. Arrivé là-bas, il a été aussitôt été enfermé, car on lui reproche d’avoir acheté l’or de cette dame datant de 3 ans, et que cet or a été volé par ladite dame auparavant.

La dame a raconté qu’il y a de cela 3 ans, elle est partie chez elle vers 6 h du matin avec un coffre-fort contenant de l’or mis dans un panier. Arrivée chez le bijoutier, elle lui avait demandé seulement une somme de cinquante-mille francs CFA (50 000 FRCFA). Une histoire pas du tout vraie. Comment se fait-il qu’une simple femme puisse transporter à elle seule un coffre-fort, et en plus dans un panier ?  

Le premier jour le commissaire a dit que la valeur de l’or c’est 3 millions de FCFA, le deuxième jour la valeur est montée à 100 millions et le troisième jour cela à grimper jusqu’à 300 millions.

Le commissaire et son adjointe évitaient la famille depuis l’arrestation de notre frère bijoutier. Ils disent que le plaignant est un certain SOGOUR ABDELKERIM DEBY, donc ils ne peuvent rien faire. Nous les avions demandés pourquoi ils ont arrêté le frère sans un motif valable ni une plainte écrite ? ils disent encore que cette décision ne vient pas d’eux.  

Par le biais des amis, les parents ont pu rencontrer le procureur de la République, et ce dernier avait demandé au commissaire de déférer les détenus au niveau de la justice. Un juge les a entendus et le grand frère a été transféré à la maison d’arrêt de Ndjamena en détention provisoire.

À travers cette note, nous voulions informer que dans notre pays ils se passent des choses inconcevables par manque de capacité de certains commissaires qui sont complices avec les bandits pour traquer et arnaquer les paisibles citoyens.

Nous demandons au gouvernement de revoir la nomination des commissaires et leurs adjoints pour que ces genres des choses ne se répètent plus dans nos commissariats.

Correspondance particulière

Tchadanthropus-tribune

474 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article