Hier mercredi 26 avril, au quartier Walia Ngosso, dans le 9ème arrondissement de N’Djamena, une jeune dame, en classe de 1ère, a été froidement assassinée par un homme. Les organisations féminines et de défense des droits humains dénoncent un féminicide de trop.

 

Officiellement, les motifs de cet acte odieux ne sont pas connus. Cependant, d’après les informations recoupées auprès de différentes sources, le présumé assassin est l’oncle du mari à la grande sœur de la victime, venu du Nord du pays où il y travaillait depuis un temps. A son arrivée à N’Djaména, il a été accueilli par son neveu chez lui à Walia Ngosso.

 

Selon certains témoins oculaires, la victime était avec des enfants à la maison, à son retour de l’école. Dans la maison, se trouvait aussi l’oncle à son beau-frère. De la cuisine, elle aurait reçu un premier coup de couteau à la main, puis le présumé assassin tentait ensuite de l’égorger. Un de ses nerfs au coup a été touché mais la victime s’est battue pour sortir hors de la maison où elle criait le nom de son présumé assassin. Elle succombe quelques minutes après, nous informent quelques témoins. Au vu de la situation, le présumé assassin s’est réfugié au commissariat.

 

“Hier c’était Mme Boumnodji Félicité froidement assassinée, aujourd’hui, Mademoiselle Clarisse, à qui sera le tour demain ? Depuis le début de l’année 2023, nous comptons dix (10) cas de feminicide. La lutte pour la survie de la femme au Tchad est notre affaire à tous”, font entendre les organisations féminines et de défense des droits humains.

 

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info 

1866 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire