De source digne de foi, les résultats de l’audit sur la fonction publique sont une bombe à grande ampleur. Selon nos correspondants à N’Djamena, si les résultats tardent à ne pas sortir c’est parce que ce qui risquerait de sortir est trop grave. Selon leurs affirmations, des cadres connus auraient falsifié leurs diplômes. Pendant des années, ces dits cadres travaillent au sein de la fonction publique, perçoivent des salaires et des promotions sur des bases fausses. Que du faux, et usage de faux. De l’aveu même du ministre de la Fonction publique Mbodou Mbodoumi, un nombre important de faux diplômes sont détectés par le cabinet d’audit CGIC-Afrique international du Burkina Faso. L’audit en question est fait sur la période janvier 1996 au 31 décembre 2016, sur 42 902 fonctionnaires pour 55 521 diplômes.

Si l’état veut se débarrasser de certains agents et employés véreux, qu’il applique la loi ! Ces faussaires doivent être poursuivis pour faux et usage de faux en leur demandant de rembourser ce qu’ils ont volé aux Tchadiens. L’absence des sanctions autorise tout un chacun de chercher à gruger l’état.

Depuis l’annonce des résultats de l’audit qui ne saurait tarder, certains cadres cherchent même à acheter le personnel du cabinet d’audit pour que leurs noms n’apparaissent pas, mais rien n’est sûr. Toutefois, si nous voulons faire du Tchad un pays responsable, il y a des sacrifices à faire, soustraire la mauvaise graine des bonnes, et cela partout sous les sphères de l’état. Un balai d’assainissement comme disait quelqu’un…

Tchadanthropus-tribune

2306 Vues

  • Vivement la fin du RÉGIME EN PLACE ET SON SYSTÈME. Il n’y a que les CRIMINELS qui batissent l’ÉTAT par le FAUX.
    Viive l’assainissement total du fond en comble de la NATATION TCHADIENNE sous PEU ! et la REFONDATION de la NATION la VRAIE VÉRITÉ n’en déplaise!

    Commentaire par POUVOIR le 6 août 2018 à 2 h 18 min