Le Tchad a fermé ses frontières aériennes le 19 mars 2020 suite à la propagation du COVID-19. L’ouverture des frontières est prévue ce 1er aout 2020 sur fond de crises, créées par l’Inspection générale d’État (IGE) en suspendant tous les 162 agents des AANT en service sur les aéroports de l’intérieur et l’Aéroport international Hassan Djamous de N’Djamena.

Depuis le 23 juillet, les aéroports d’Amdjarass, Moundou, Abéché et Faya-Largeau sont fermés et les clés des bâtiments et véhicules seraient remises aux Gouverneurs des provinces.

À N’Djamena, c’est le service au sol qui est gravement perturbé et la sécurité des avions est compromise. Selon des sources à l’ADAC, il ya de cela trois jours, un avion au décollage a failli heurter un chien se trouvant sur la piste, n’eût été la vigilance du contrôleur. Cela pose le problème de sécurité des avions et des passagers avec la reprise prévue ce samedi 1er aout 2020. Avec cette grève, les compagnies aériennes reprendront-elles les vols sur N’Djamena en mettant la sécurité des passagers en danger ?

C’est une situation inédite, assurent certains spécialistes du domaine.

Correspondance particulière, Ndjamena.

Tchadanthropus-tribune

341 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article