Si les compagnies de transport aérien n’améliorent pas leur prestation, le ministère tchadien de l’aviation civile et de la météorologie nationale saisira les autorités aéronautiques de leurs pays respectifs pour les y contraindre. C’est le message essentiel qu’a livré le ministre Hissein Tahir Souguimi aux responsables des compagnies aériennes de transport à son cabinet ce 15 février.

Le problème remonte au 28 octobre 2022. En cette date, un défaut de carburant a été signalé en plein vol, obligeant l’appareil en partance d’Addis Abeba pour N’Djaména à atterrir. Le ministre avait alors exigé que les différentes compagnies aériennes desservant le Tchad améliorent leurs services. Il s’agissait entre autres de réduire les coûts, de renouveler les appareils et d’assister les voyageurs. Ceux-ci attendent longtemps les vols « sans prise en charge de la restauration et de l’hôtel en violation flagrante de la réglementation ».

Malgré les injonctions, le ministre constate malheureusement « la persistance des mauvaises prestations fournies aux usagers ». Si ces pratiques perdurent, le ministère, via l’autorité de l’aviation civile, saisira les autorités aéronautiques des pays de ces différentes compagnies pour « résoudre toutes ces questions ».

Avant d’arriver à ce stade ultime, le ministère décide de tenir des réunions semestrielles avec les compagnies desservant le Tchad pour s’assurer des améliorations. Le ministère de l’aviation civile a aussi instruit l’autorité de l’aviation civile de mener des contrôles techniques sur les aéronefs comme ceux qui ont été menés en novembre sur quelques compagnies. Lesquels contrôles ont révélé des anomalies.

Masrambaye Blaise

2091 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire