Les épreuves du baccalauréat session de juin 2023 débuteront le 19 juin 2023. Au total 94.000 candidats sont attendus cette année dans 141 centres dont 113 en provinces et 30 à N’Djaména, sans compter le centre d’Arabie Saoudite.

A quelques jours du déroulement du baccalauréat du second degré, l’Office nationale des examens et concours su supérieur (Onces), s’active sur le terrain.

 

Selon le directeur des examens et concours du supérieur, Dr Abakar Mahamat Hassaballah, toutes les dispositions sont prises pour que les choses se passent dans les bonnes conditions. « Les présidents des centres commencent par voyager à partir d’aujourd’hui. Certains vont quitter demain », a-t-il informé. D’après Dr Abakar Mahamat Hassaballah, tout se passe normalement et le nombre des candidats qui composeront le Bac cette année est autour de 94.000. « Ce nombre est provisoire parce que nous nettoyons encore le fichier. Certains candidats sont inscrits dans 3 ou 4 centres en même temps. C’est à partir de demain qu’on sera à mesure de donner le nombre exact des candidats mais ce qui est sûr c’est autour de 94.000 candidats », a-t-il informé. Il précise en outre que, cette année, 141 centres sont retenus dont 30 à N’Djaména, sans compter le centre qui est en Arabie saoudite.

 

Evoquant toujours les préparatifs, le directeur des examens et concours a souligné que les cartes biométriques ont été déjà convoyées dans les délégations provinciales. Pour les centres de N’Djaména, les proviseurs sont passés récupérés les cartes des candidats officiels. Par contre, les candidats libres défilent depuis hier à l’Onecs individuellement pour récupérer leurs cartes.

 

Par ailleurs, Dr Abakar Mahamat Hassaballah rassure que cette année les dispositions sont prises pour parer aux tricheries. Il relève en outre qu’aucun président de centre n’ira dans son centre avec des sujets. Car, les sujets sont numérisés et codifié. C’est le jour de l’examen que le code sera donné, une heure avant. Selon Dr Abakar Mahamat Hassaballah, toutes ces dispositions sont prises pour limiter ce fléau qui handicape le système éducatif tchadien.

 

Aussi, évoque le Directeur des examens et concours, le parc informatique a été renforcé. D’après lui, la vigilance sera doublée cette année pour limiter les dégâts. C’est pourquoi, il saisit cette opportunité pour inviter les candidats à croire en eux que de passer par ces moyens dilatoires.

 

Le Tchadanthropus-tribune avec Ndjam post 

1568 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire