Aussitôt arrivé, en prenant la parole, il tance l’assistance venue nombreuse pour lui rendre les honneurs.

« Je ne parle pas beaucoup, mais je suis au courant de tout », dit en douceur Idriss Deby face à l’assistance, en déplorant les comportements de certains fils de la province du Bahr El Ghazel qui encouragent les leurs à aller en rébellion.

Plus grave, estime-t-il qu’il y ait certaines personnes même au sein du MPS qui appuie cette initiative. Arrêtez cela, le sang du tchadien a beaucoup coulé », renchérit Idriss Deby.

Puis, le dictateur tchadien continue de plus belle en des termes infantilisants tout au long de son discours. Comme à Bol deux jours avant, Idriss Déby ne s’est pas arrêté sur les causes qui font partir les jeunes en rébellion, une question qui certainement pourrait ressurgir certaines causes qu’il pourrait régler à son niveau. Mais Déby n’aime pas qu’on parle mal de son régime, de sa gouvernance, des faits de ses proches qui posent des actes graves sur la population. Il préfère prendre les gens de haut et dire ce qui l’arrange, pourtant il détient des fiches qui lui éclairent la vérité sur ces jeunes qui partent en rébellion.

D’ailleurs, contre ses sorties, un jeune natif de la région. Mahamat Tahir Korom Bodoloumi vient de faire une réaction sur les affirmations d’Idriss Déby à Moussoro, lisez, appréciez…

Tchadanthropus-tribune

La pilule est amère, mais malheureusement avalée.

 

Le chef de l’État Idriss Deby Itno lors de sa visite à Moussoro n’a fait que sermonner et mettre en garde les cadres et les ressortissants de la région du BarhEl Gazel.

Qu’a-t-il dit exactement ?

« Que je sais tout », même les philosophes disent tout ce que je sais c’est que je ne sais rien.

Si, vous connaissez tout de ce que vous connaissez, mais il reste encore beaucoup que vous ne connaissez pas de Moussoro.

« Que vos enfants partent en rébellion et que vous soutenez ses rébellions ». Oui, il y a beaucoup de Tchadiens (y compris les membres de votre famille… cf. les Erdimi), de différentes régions qui sont contre votre gestion et qui sont soit en rébellion, soit en exil. Mais de là à qualifier toute une région de rebelles et leur manquer de respect, c’est inadmissible. Vous devez retirer vos mots, monsieur le président de la République, et présenter des excuses.

Pourquoi les enfants du Bahr Elgazel ne partiraient pas en rébellion ? Qu’avez-vous fait pour cette région ? Déjà même vos déclarations d’hier donnent raison aux jeunes de partir et de vous combattre. Pire encore, vous déclarez la guerre à une partie du pays en disant, je ne vais pas construire Moussoro, j’achète des armes pour vous combattre ! Personne ne détient le monopole de la violence, absolument personne.

Les Gazalais doivent refaire le deuil de Moumine et de Hamit Moussaye à nouveau, s’ils étaient présents hier, ils te répondront sans nul doute. Et graves encore, ils partiraient en rébellion contrairement à ses indignes qui subissent.

Revenons à vos réalisations dans cette région ? Que dalle ! Rien et absolument rien !

Aujourd’hui, les ressortissants du Bahr Elgazel en milieu rural consomment l’eau des puits réalisés par le Président Tombalbaye et ceux de la ville de Moussoro également, le château qui n’arrive pas à supporter le besoin est l’œuvre du premier président.

Dans toute la région, il n’existe qu’un seul lycée, celui de Moussoro en état d’ébriété avancée. Peut-être un autre collège. Je vous fais cadeau de ne pas parler de la santé et de la sécurité ou chaque semaine, des hommes armés « coupent la route » aux commerçants.

Monsieur le président, une des rares régions de notre pays qui n’a ni Lycée technique commercial ni Université ni École normale supérieure sauf ce camp militaire qui nous ai imposé et qui ne fait que propager le sida à Moussoro.

Pourquoi nous ne partirons pas en rébellion ?

Pourquoi Monsieur le Président de la République ?

Nous avons toutes les raisons d’y aller, résister et vous faire partir pour installer un système de gouvernance juste et démocratique.

Je ne parle pas de l’affaire de Ngueli qui est encore vive dans nos mémoires.

Monsieur le Président de la République, si telles sont vos déclarations, la prochaine fois, ne revenez plus à Moussoro.

Éternel rebelle, fils de l’éternelle région rebelle !

PS : Tous ces maux sont propres à toutes les régions, c’est-à-dire tout le Tchad.

 

Mahamat Tahir Korom Bodoloumi

4056 Vues

  • You have to take the word out of my mouth,
    I only have to say to you « hats off to *
    We need this kind ——

    Commentaire par Saleh le 26 décembre 2020 à 5 h 09 min
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire