La prise dernièrement d’un gros porteur avec une grande quantité de drogues inquiète les autorités tchadiennes quant à ce commerce qui serait établi fort longtemps dans le Grand Nord du Tchad.

L’instabilité de la situation en Libye et au Sahel a encouragé ce commerce auquel plusieurs cadres de la sécurité ont commencé par exploiter.

De source digne de foi, ce chargement de drogues dont la valeur serait estimée à plusieurs milliards de nos francs appartiendrait à tout un lobby établi au sein de l’armée et d’autres complices civils.

L’enquête en cours ne serait pas encore terminée, mais plusieurs cadres connus au sein de l’armée seraient déjà identifiés. Et les derniers changements au sein de l’armée et de l’état-major découleraient de l’enquête en cours.

Au sein de la police nationale, le changement intervenu trouverait son origine dans un lobby de fonctionnaires qui usent et abusent de faux documents.

Certains cadres de la police confectionnent de faux documents pour les mettre à la vente. Ils trouvent preneurs au sein d’une population qui veut avoir de documents authentifiés pour les demandes de visas, ou avoir de garanties bancaires. Toutes ces pratiques s’effectuent au détriment des hiérarchies qui n’en savaient rien. C’est un jeune qui a acheté lesdits documents qui aurait éveillé les soupçons.

De l’armée à la police, jusqu’à la douane, les Tchadiens savent pertinemment que les trafics et la corruption sont profonds. L’enrichissement et le gain facile créent un mécanisme négatif sans précédent au sein de l’ensemble de l’administration tchadienne qui se trouve minée par ce comportement auquel vient s’ajouter l’impunité totale qui y sévit. Il faut plus qu’un changement pour endiguer ces pratiques et revenir à la bonne gouvernance chère à tous.

Tchadanthropus-tribune

986 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article