Violente répression d’une manifestation à Bardaï : une dizaine de morts et trente blessés. Le ministre de la défense, le Général Abali Salah, ordonne l’application de l’état d’urgence.

Le drame s’est noué cet après midi à 16H, heure du Tchad. Un officier, le commandant du secteur de Bardaï, assassinat à bout portant un commerçant et se réfugie au siège local de la gendarmerie. La population manifeste dans la foulée pour réclamer justice, s’en suit une violente répression des militaires sur place encouragés par leur ministre de tutelle, qui la veille insérait le Tibesti sur la liste des régions sous état d’urgence. Selon notre correspondant, il y aurait une dizaine de morts et de blessés éparpillés dans toute la ville.

Au moment où nous rédigeons ces lignes, la répression continue et des tirs à l’arme lourde se font sentir dans toute la ville. Des dizaines de cadavres jonchent les rues et des blessés agonisent à l’hôpital faute de soins. Nous avons aussi appris que des renforts affluent de la base avancée de Tanoua pour prendre en tenaille la ville et mener des fouilles.

Nous appelons les ONG nationales et internationales des droits de l’Homme d’intervenir pour dénoncer ces massacres et ce siège dont est victime la population civile.

 

Tchadanthropus-tribune avec Toubou Média à Bardaï.

2243 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article