Le général trois étoiles Bruno Baratz, ancien patron des Eléments français au Sénégal (EFS), doit être nommé dans les prochains jours à la tête des opérations françaises au Sahel.

Actuel chef des forces spéciales de l’armée de terre à Pau, le général Bruno Baratz succédera dans les prochains jours à Laurent Michon à la tête de l’opération Barkhane. Bruno Baratz serait ainsi chargé de mettre en musique la « réarticulation » de la présence française dans l’aire sahélienne, alors que le dispositif tricolore dans la région doit diminuer de plus de 50 % – passant de 5 500 à 2 500 – dans les mois à venir.

Fils d’un gendarme de haute montagne, né dans le Béarn et parachutiste issu du 1er Régiment de parachutistes d’infanterie de marine (1er RPIMa) de Bayonne, Bruno Baratz a passé la quasi-totalité de sa carrière au sein des forces spéciales. Il a participé à l’essentiel des opérations spéciales des trente dernières années et son nom faisait partie des profils évoqués pour la direction des opérations de la DGSE. Il a par ailleurs effectué un crochet à Paris en tant que chef de cabinet du chef d’état-major des armées. Par ailleurs, il a été à la tête des Eléments français au Sénégal (EFS) de 2018 à 2019.

Le vivier du 1er Régiment de parachutistes

Sa promotion conforte un peu plus le « vivier » du 1er RPIMa. Son successeur à la tête des forces spéciales de l’armée de terre, le général Jean Laurentin – actuellement chef par intérim d’une division britannique au Royaume-Uni -, est lui-même issu du 1er RPIMa. Tout comme Michel Delpit, actuel patron des Eléments français au Sénégal, qui doit prendre la tête du Commandement des opérations spéciales (COS) à Paris avec une élévation au grade de général de division.

Cette promotion d’un officier des forces spéciales sur le continent n’est pas unique : à l’est, le général Laurent Boïté, qui en est aussi issu, devient commandant des Forces françaises à Djibouti.

Grand espoir de l’armée de terre, le nom du général Baratz pourrait être amené à recevoir sa quatrième étoile à l’issue de son année à la tête des opérations sahélienne, et prétendre, à terme, à des postes-clés, à l’instar de celui de sous-chef opérations de l’état-major des armées.

Tchadanthropus-tribune avec Africa intelligence

1790 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire