“J’irai aux côtés de nos troupes pour mon premier déplacement”. Pour son premier déplacement à l’étranger en tant que chef d’État, Macron pourrait bien se rendre au Tchad, siège de l’opération Barkhane “.

Cette phrase d’Emmanuel Macron a fait germer toutes les formes de récupération des officines opérantes pour Idriss Déby, sauf que le nouveau président fraichement élu a été briefer sur la politique intérieure du Tchad et la nature du pouvoir qui se cache sous l’aspect sécuritaire pour faire vivre à son peuple un enfer. Il faut tirer chapeau à nos compatriotes qui abattent un travail phénoménal dans les lobbys, et les ONG qui les ont encouragés. La décision finale n’était pas facile, car le ministre de la Défense de François Hollande, Jean Yves LE Drian, ami des dictateurs, jouait de son influence pour que le voyage se fasse au Tchad. Le régime d’Idriss Déby n’est pas un exemple de démocratie. Le pays est très mal gouverné et l’aspect droit de l’homme est bafoué. Il faut ajouter à cela l’accueil non de moindre de madame LEPEN à Amdjaress dans son village natal. Certains médias français affirment que c’est Idriss Déby qui a financé en partie la campagne de l’extrême droite française. Voilà les 1ers ingrédients qui rendent Emmanuel Macron distant des autorités tchadiennes pour le moment… À suivre.

Tchadanthropus-tribune

2418 Vues

  • Au risque de me tromper. Mais je doute fort que le Tchad soit exclue du 1er voyage du Président E. Macron en Afrique, car le siège de l’opération Barkhane est bien situé à N’Djamena, donc cette visite qui est d’abord réservée aux soldats français d’opération Barkhane, me semble incontournable. Le Tchad et le peuple n’intéressent pas la France. La France n’a que ses intérêts à défendre. Le président E. Macron ne dérogera pas à cette règle.

    Commentaire par Seidou TRAORE le 11 mai 2017 à 2 h 00 min