Selon une correspondance parvenue à notre correspondance, Issa Abdelmamout, actuel responsable de l’inspection générale d’État aurait été à la base des tensions qui sévissent actuellement dans les cantons de nos frères Boulalas.

Selon les mêmes sources, Issa Abdelmamout, haut de sa posture de 1er responsable de l’IGE aurait influer pour placer en scelle un de ses partisans ou proches comme chef de canton d’un département Boulala. Il aurait manœuvré avec le gouverneur de la région pour placer une personne qui ne serait pas élue par la masse. Ce passage en force a créé une manifestation des habitants de la région qui a permis des saccages et une colère sans commune mesure.

Les habitants des circonscriptions où ce chef de canton Yaya Béchir fut installé alors que ce n’est pas lui que les natifs avaient élu sont remontés en bloc, et ne veulent pas accepter le fait accompli. Ils ne comprennent pas pourquoi un natif de la région se permet de diviser les enfants des mêmes cantonnât ? 

De par sa position hybride à la tête de l’IGE, Issa Abdelmamout a-t-il le droit de faire ce qu’il a fait, en imposant contre vent et marée avec le trucage du gouverneur de la région et du ministre de l’administration du territoire Mahamat Ismaël Chaïbo, un autre homme qui n’est pas désiré des compatriotes Boulalas ?

Comble de fait, c’est pendant une période électorale que cette bévue est actée, comme pour dire à Idriss Déby qu’il n’a pas besoin des votes des frères Boulalas.

En clair, c’est toujours cette manière de faire, où le politique s’immisce dans les jeux populaires que la bombe se fabrique. Issa Abdelmamout en mettant ses parents à dos, vient de fabriquer une bombe à retardement contre le MPS.

Installation du faux chef de canton et le saccage de la population mécontente.

Tchadanthropus-tribune

1114 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire