Un journal camerounais accuse le gouverneur de la BEAC, le tchadien ABBAS Mahamat Tolli de népotisme, de clientélisme et d’une gestion catastrophique de la BEAC.

En temps normal, en tant que patriote, chaque tchadien devrait défendre son compatriote quand il est fustigé par l’extérieur, et l’obligation patriotique exige une solidarité à toute épreuve, mais dans le cas d’espèce notre compatriote est indéfendable à multiple raison.

Comme personnage public, la rédaction avait tancé sa gestion sur l’aspect clientéliste et les marchés attribués à ses proches. Mr ABBAS Mahamat Tolli a fait lâcher ses sbires pour contredire des vérités vérifiées. Mais aujourd’hui c’est journal camerounais qui nous emboite le pas. Et ce journal ne va pas avec le dos de la cuillère. Il accuse le sieur ABBAS Mahamat Tolli de management approximatif, de népotisme, de favoritisme et délit d’initié. Est-ce qu’il aura l’audace d’aller traduire ce journal devant les tribunaux camerounais comme ce qu’il a fait à notre confrère du blog-Makaila ? Ou il se défaussera parce que les biceps sont permis pour un blogueur-journaliste sans moyen et face à un journal qui a sûrement ses sources, le combat n’est plus le même ?

Une chose est sûre, car si le journal camerounais attaque un Tchadien juste pour faire place à un de leurs, cela touchera sans doute notre éthique, car la rédaction ne cautionnera jamais que de l’extérieur on vient porter l’opprobre sur un compatriote, mais là encore il se trouve que le site avait publier en son temps des informations similaires, provenant des correspondants de source sûre, la preuve, beaucoup d’autres éditions viennent conforter nos informations de l’époque. Et si oui, toutes ces informations sont bien fondées, Mr ABBAS Mahamat Tolli n’a pas sa place à la BEAC, un autre tchadien méritant ferait l’affaire.

Tchadanthropus-tribune  

2552 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article