Selon une information envoyée à la rédaction, la BEAC de N’Djamena aurait mis certains de ses employés en quarantaine dans ses propres locaux.

Voici la correspondance.

Haut risque de contamination de Coronavirus à la BEAC au Tchad.

La Banque des États de l’Afrique Centrale La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) dans son siège de Ndjamena-Tchad viole les consignes de l’État tchadien et confine 70 femmes employées tchadiennes dans une seule salle climatisée comme des sardines dans une boite.

Ces dames sont en panique générale et très angoissées, mais ne peuvent rien dire à leurs supérieurs hiérarchiques de peur d’être renvoyées de la banque. C’est un scandale pour une banque régionale qui expose ses employées à la contamination de ce redoutable Coronavirus qui tue sans pitié.

Le Gouvernement tchadien et les associations féminines de défenses des droits des femmes ainsi que toute la population tchadienne doivent s’inquiéter de la situation de ces femmes agents à la BEAC. Ce doit automatiquement arrêté et sans délai le confinement de ces femmes. L’attroupement de plus de 50 personnes est interdit par l’État. Aussi, ces femmes travaillent le plus souvent après les horaires de travail règlementaires de l’État tchadien et ceci sans rémunération et sans leur consentement ce qui cause un problème avec leurs maris dans le foyer conjugal.

NB : Si cette information se confirme, c’est au ministre de la santé de prendre les dispositions nécessaires.

Correspondance particulière

Tchadanthropus-tribune

1171 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article