Pendant deux jours ces lundi et mardi à Bruxelles, une délégation tchadienne emmenée par le Premier ministre Albert Pahimi Padacké a multiplié les contacts avec les partenaires européens. La délégation du gouvernement tchadien de transition est venue présenter les avancées de la feuille de route de la transition (qui avait suscité quelques doutes des bailleurs de fonds), avancées qui comprennent par exemple le lancement de plusieurs « pré-dialogues » dans les campagnes ou dans les milieux politiques et militaires, présentés comme un tremplin vers la préparation des futures élections.

Accroître le soutien de l’Union européenne pour la transition tchadienne, c’est ici la priorité du Premier ministre Albert Pahimi Padacké qui avec sa délégation a multiplié les entretiens : la représentante de l’UE pour le Sahel, deux commissaires européens et le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Confronté à une crise économique, sanitaire et sécuritaire, le Tchad ne peut selon lui trouver seul les moyens de mener à bien la transition ; et surtout il faut aller vite, un des points majeurs des échanges avec Josep Borrell.

« L’Union européenne tient à ce que le Tchad reste ce pôle de stabilité et c’est pour cela que nous travaillons à faire en sorte que la transition tchadienne serve d’exemple de réussite aux autres transitions en Afrique, assure Albert Pahimi Padacké. Pour que la transition réussisse, les financements de l’Union européenne ne devraient donc pas passer par des procédures longues, traditionnelles ; il faut faciliter une procédure de crise. »

Tchadanthropus-tribune avec Pierre Bénazet à Bruxelles 

293 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire