Par un communiqué dit officiel dont la forme et le fond ne rendent pas fiers nos compatriotes, Mr HARANDJI ABAKAR, responsable de la commune de capitale du nord, fait une communication sur l’interdiction des services de communication électronique. Le maire de la commune de Faya interdit l’accès à l’internet et aux réseaux sociaux sur toute l’étendue de sa circonscription.

Ce communiqué fait du surplace, car les moyens de communication sont nombreux et divers de nos jours, et même les insurrections contre le régime utilisent d’autres canaux de communications. À quoi ça sert de prendre une décision de cette importance si ce n’est pour attirer l’attention de Déby pour une autre promotion ? Tant pis pour la population locale qui ne pourrait communiquer avec les proches, tant dans la difficulté ou la précarité.

En tout cas, pour un maire, HARANJI ABAKAR doit revoir sa copie truffée de fautes et dont l’entête de la page du communiqué ne résume rien d’officielle “République du République du Tchad“ avant de continuer le reste. On oublie de nos jours que tout est scruté à l’international, et que notre pays et son administration sont jugés sur le niveau des cadres et le sérieux des hommes et femmes qui la compose.

Tchadanthropus-tribune

1064 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article