Ici au Borkou Yala au Pays Donza à Tchoudogou, une oasis de centaines d’habitants dépourvus d’école dont les parents eux-mêmes en train de construire une école à leurs propres frais.

En attendant la construction de ladite école, un habitant de la localité a mis en disposition une chambre de sa concession transformée en salle de classe et qui fait office d’école.

Et pourtant le Tchad est exportateur du pétrole depuis dix-sept (17) ans. C’est scandaleux ! La honte, le Président de la République du Tchad affirmait sans vergogne il y a quelques jours sur une Chaine de Télévision africaine que « la Manne pétrolière a profité à toutes les Provinces du Tchad ». Peut-être qu’il voit en hallucination partout au Tchad sa Province d’origine Ennedi-Est et sa ville natale Amdjarass.

En réalité les Donza et le Pays Donza, le Borkou Yala, subissent un embargo total de son régime MPS depuis trente (30) ans.

Laissons de côté le mensonge et revenons à nos moutons.

L’altruisme des habitants de Tchoudogou est sans limites, ils logent et nourrissent gratuitement l’unique enseignant affecté par la Délégation du ministère de l’Éducation nationale.

Cet Enseignant est affecté à leur demande. Mais le comble il est affecté sans matériels didactiques ni manuels scolaires.

La faute au Gouvernement, car la Délégation régionale de L’Éducation nationale de la Province du Borkou n’en possède pas parce qu’elle n’est pas dotée en matériels didactiques et manuels scolaires.

Suivez le plaidoyer de l’enseignant dans l’une des vidéos.

Dans une autre vidéo, les parents d’élèves se disent ravis de l’affectation de l’enseignant et s’engagent à lui assurer un séjour très agréable à Tchoudogou.

Tchadanthropus-tribune

842 Vues

  • Félicitations pour cette auto-promotion des parents d’élèves! L’Etat ne dispose pas suffisamment de ressources pour construire toutes les écoles au Tchad. C’est bien que les parents conscients s’assument ainsi en attendant son éventuelle intervention. Ces cas restent également légion dans tout le pays en dépit des récents appuis de l’Unicef surtout et de quelques ONG internationales. Même plusieurs chantiers de bâtiments scolaires démarrés avec les revenus pétroliers demeurent suspendus depuis 2015. Il y a des centaines d’écoles officielles fonctionnant avec des salles en matériaux non durables depuis 40 ans. Beaucoup reste à faire dans tous les domaines.

    Commentaire par Allassira le 26 novembre 2020 à 2 h 49 min