Un an après l’acquisition de sept blocs d’exploration dans le sous-bassin d’Erdis, au nord-est du Tchad, la société Ewaah ne s’est toujours pas acquittée de ses obligations financières.

Le contrat avait été largement médiatisé et célébré comme une victoire par l’administration du président Idriss Déby, l’ex-ministre tchadien du Pétrole Mahamat Hamid Koua en tête. Mais l’enthousiasme aura été de courte durée. Un an après l’approbation par les députés d’un contrat de partage de production entre Ewaah Investors et le Tchad pour sept blocs d’exploration baptisés Erdis, la société n’a, selon nos informations, toujours pas versé le bonus de signature prévu par le contrat. La société domiciliée aux iles Vierges britanniques Ewaah aurait dû verser 3,5 millions de dollars pour l’acquisition des blocs Erdis IIIIIIIVVVI et VII dans les 60 jours suivant la signature du contrat. Contacté, le patron d’Ewaah, Jimmy Kanakakis, n’a pas souhaité répondre sur ce point, justifiant son refus par l’existence d’une clause de confidentialité dans le contrat.

Ces blocs ont appartenu à différentes juniors pétrolières – notamment Simba Energy et SAS Petroleum – dans les années 2010 avant d’être récupérés, après plusieurs années sans propriétaire, par Ewaah en 2019 (Africa Intelligence du 20/11/12). Cette dernière n’a pour l’heure pas enregistré sa filiale au Tchad ni entamé de travaux. La pandémie de Covid-19 et l’effondrement du cours du baril ont conduit à l’arrêt total du projet d’Ewaah, qui prévoit d’attendre au minimum jusqu’à 2023-2024 avant d’envisager de le relancer.

Ancien partenaire de Beny Steinmetz en Sierra Leone

Jimmy Kanakakis a dirigé à partir de 2003 la défunte compagnie minière canado-sud-africaine Energem Ressources (ex-DiamondWorks) aux côtés des miniers Sud-Africains Tony Teixeira et Brian Menell. Energem s’était associé en joint-venture avec le groupe minier Beny Steinmetz Group Ressources (BSGR) de l’homme d’affaires israélien Beny Steinmetz pour exploiter les gisements de diamants de Koidu en Sierra Leone. BSGR a racheté en février 2007 les parts de son partenaire pour devenir l’unique actionnaire sur Koidu, désormais opéré par sa filiale Octea.

Le Tchad n’est pas un terrain complètement inconnu pour Kanakakis : Energem a été l’éphémère propriétaire en 2004 de blocs dans le bassin de Doba – auparavant propriété d’Exxon Mobil (Africa Intelligence du 14/12/04). Criblé de dettes, Energem a été dissout en 2011.

Tchadanthropus-tribune avec la lettre du Continent

1458 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article