Dans un message audio qui circule en langue Haoussa sur les réseaux sociaux, le chef de la secte terroriste Boko-Haram, le dédaigneux Aboubakr Shekau très connu pour ses envolées lyriques et ses dérapages, baisse sensiblement d’un ton. On l’entend même lancer des “Idriss Déby Itakoulah”.

Habituellement cet individu machiavélique se laisse aller dans des diatribes et des dénigrements sur les chefs d’État de l’Afrique centrale qui ont en commun le bassin du lac-Tchad. Mais cette fois-ci il semble courber l’échine à travers son message. Déby et son armée semblent lui faire un effet, même s’il ne faut pas vendre la peau de l’Ours avant de l’avoir tué.

Même si l’heure est à l’union sacrée contre cette secte terroriste, il faudrait relever les aspects de délits de faciès qui sévit dans le lac-Tchad contre nos compatriotes Boudouma qui paient un lourd tribut.

Lors d’une réunion d’information avec le chef de canton Mbodou Bami, Idriss Déby aurait clairement affirmé que les complices de Boko-Haram sont les fils de la région issus de la communauté Boudouma, chose contraire qu’aurait rétorquée le chef de canton Mbodou Bami.

“Mr le président, jamais un Boudouma ne prendrait une arme contre son pays sauf s’il est lésé. Mais à propos, je vous informe que des Boudouma spoliés de leurs terres par certaines personnes proches de vous sont nombreux, ceux-là légitimement sont mécontents, mais il ne peut y avoir un Boko-Haram parmi eux “.

Une affirmation qui aurait laissé l’assistance les yeux hagards.

La communication démesurée du régime va grandissant. On montre Idriss Déby à l’intérieur des marécages à la recherche des éléments nauséabonds de Boko-Haram. Pourvu qu’on les retrouve et qu’ils payent pour la vie de nos compatriotes, mais passé l’union sacrée, l’heure viendra où il faudrait donner des explications aux citoyens de notre pays, car la bêtise qui veuille qu’il faille suivre tout cru les propagandes et les manipulations des despotes pour nous faire détourner de l’essentiel sont révolue.

Tchadanthropus-tribune

5142 Vues

  • j’ai écouté le vocal mais c’est pas la voie de chekaou

    Commentaire par izak barca le 4 avril 2020 à 11 h 09 min