Que s’est-il passé ?
 
Il paraît que les soldats tchadiens ont été surpris par la nébuleuse Boko-Haram dans leur sommeil. Si tel est le cas, la situation est très grave, et la faute aussi gravissime incombe aux responsables en premier, mais avant toute chose une enquête doit être diligentée pour situer les responsabilités. Il n’est pas normal qu’un nombre aussi important (92 soldats, officiers et sous-officiers et 47 blessés) de Tchadiens meurent par inattention et négligence. Certaines sources affirment que le bilan est plus lourd que l’annonce qu’a faite Idriss Déby. Il faut aussi chiffrer le matériel cassé car c’est l’argent du contribuable qui a servi pour l’acquérir.
 
Si Idriss Déby en personne s’est déplacé sur place pour faire une communication, il ne faut pas qu’il déroge à dire la vérité sur ce qui s’est passé et en tirer les conséquences. Les familles des victimes ont besoin de savoir la vérité et un accompagnement des familles s’impose.
 
Face aux terroristes contre nos populations, nous devons être solidaires en tant que tchadien d’abord au-delà de nos divergences politiques et positions.
 
Que ceux qui sont morts en servant le Tchad aient la bénédiction et la miséricorde de Dieu, et que Dieu tout puissant puisse épargner les Tchadiens de la malédiction du terrorisme.

Tchadanthropus-tribune

2488 Vues

  • Avec ces images désastreuses, je ne peux qu’exprimer ma désolation pour toutes ces pertes et dire ma douleur avec les familles endeuillées. Rien ne peut justifier une telle sauvagerie entre humain.
    Au plan purement militaire et stratégique, l’on ne peut pas comprendre qu’en étant en zone d’opération, l’on puisse baisser la garde pour que l’ennemi vienne nous surprendre. Pour éviter ce genre de carnage, tout le système sécuritaire devrait être revu pour être corrigé. L’armée tchadienne, quoique nombreuse et vaillante, est éparpillée sur plusieurs théâtres d’opération.Nous devrions être à mesure de reconnaître nos limites et par conséquent faire une introspection afin de donner une cohésion républicaine à l’armée. Le problème de l’armée est l’armée elle-même.

    Commentaire par DJIBERT ADAM MAMADOU le 26 mars 2020 à 9 h 02 min