Selon des sources concordantes, un convoi de l’armée tchadienne à sa tête un exécutif de l’état-major des armées a sauté sur une mine après un retour de ratissage dans la zone du lac Tchad entre Bagassola et Ngouboua. Le piège s’est soldé par un bilan lourd puisqu’un journaliste tchadien est décédé après avoir été blessé grièvement.

Avant l’accident du saut sur une mine, l’armée tchadienne avait croisé le fer contre Boko-Haram qui avait laissé des plumes – 23 terroristes seraient morts au combat, et 5 martyrs tchadiens avaient succombé en combattant le terrorisme aveugle de Boko-Haram. L’opération serait conduite par le chef d’état-major 2e adjoint le général Touffa Abdoulaye Issa.

La rédaction présente ses condoléances à la famille du confrère cameraman de la télé feu Obed Nangbatna. C’est une 1ère fois qu’un journaliste tchadien meurt de ses blessures sur le théâtre des opérations militaires. Espérons que ses droits ne soient pas oubliés, et que sa famille ne puisse manquer de rien.

Après investigation, le général Touffa et le préfet de la localité sont saints et saufs, il n’y a que le confrère journaliste qui est décédé après que sa jambe soit amputée par l’explosion de la mine. Mais une source militaire parallèle évoque l’explosion d’une bombe, car si c’était l’explosion d’une mine, elle ciblerait le 1er véhicule du cortège.

Une fois de plus le terrorisme dans le lac Tchad décime nos compatriotes et déstabilise la quiétude de nos populations. Ce terrorisme qui vise à tuer doit être combattu à tous les niveaux. Nos condoléances à nos compatriotes militaires et civils victimes du terrorisme, et notre compassion avec leurs familles respectives.

Tchadanthropus-tribune

1626 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article