L’échange intervenu, ces dernières semaines, entre la direction de la Cameroon Oil Transportation Co (Cotco) et la Société nationale de raffinage (Sonara) consacre la mainmise du secrétaire général de la présidence (SGPR), Ferdinand Ngoh Ngoh, sur les deux entités. Harouna Bako a ainsi quitté la direction de Cotco, qu’il occupait depuis neuf mois seulement, pour celle de la Sonara, avant que Jean-Paul Simo Njonou, patron de la raffinerie depuis 2019, ne prenne le chemin inverse, le 15 février. La société exploite la partie camerounaise du pipeline par lequel le Tchad exporte son pétrole.

La nomination de Simo Njonou a d’abord créé quelques réticences du côté du Tchad, qui, en tant qu’actionnaire, détient un droit de regard. Le directeur de cabinet de la présidence tchadienne, Idriss Youssouf Boy, et le ministre des finances, Tahir Hamid Nguilin, poussaient, eux, le profil de la directrice des infrastructures de la société, Carole Libock. Ils ont toutefois fini par se ranger du côté du SGPR camerounais.

Adolphe Moudiki est lui le principal perdant de ce jeu des chaise musicales. L’inamovible directeur général de la Société nationale des hydrocarbures (SNH, qui représente l’État camerounais au sein de Cotco) aurait dû avoir la main sur la nomination du patron de Cotco.

Depuis l’annulation par le président Paul Biya, en juillet dernier, du deal qu’il poussait entre Savannah Energy et la SNH, Adolphe Moudiki semble s’être éloigné du dossier Cotco (AI du 21/07/23). Outre son poste de secrétaire de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh est également président du conseil d’administration de la SNH.

Le Tchadanthropus-tribune avec Africa intelligence

448 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire