Dans le problème que rencontre le Tchad au Cameroun concernant son opposition à Savannah, plusieurs intellectuels camerounais donnent raison au Tchad et à son président, sauf qu’ici et là quelques compatriotes par devers l’amour à leur propre pays s’érigent en défenseur du dérisoire. Il faut aimer le Tchad face à l’adversité et cultiver l’amour de la patrie.

Le président de transition et son administration ont raison dans la bataille contre Savannah Energie.

On peut ne pas vouloir des hommes, mais on ne peut se soustraire à son pays… (écouter, analyser)

 

Tchadanthropus-tribune

1784 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire