Boko Haram devrait être étouffé une fois pour toutes, même si le Nigéria qui est son épicentre traditionnel refuse certaines opérations militaires sur son territoire au nom de l’intégrité nationale. Dans le dernier voyage d’Idriss Déby en France la semaine dernière, la question fut débattue entre les autorités françaises et Idriss Déby Itno qui, selon l’observation faite par Barkhane, levait le pied dans l’engagement de lutte contre le djihadisme, arguant des contraintes financières. Il faudrait finir une fois pour toutes avec la nébuleuse Boko Haram en la débusquant de la forêt qui lui sert de refuge et que les Nigérians n’osent le faire à cause de plusieurs complicités dans son armée. Les Tchadiens sont des combattants remarquables, une chair à canon bon marché que le régime Déby utilise à bon escient pour son propre compte, et non au non du Tchad. Nos compatriotes vont mourir ailleurs, hors du territoire national sans aucune compensation pour les familles et les orphelins, ou bien simplement parce que l’argent versé à l’état ne parvient jamais jusqu’aux familles de militaires tombés sur les champs de bataille. Le gouverneur du Tchad pour la France Déby aurait donné son aval à la France pour cette expédition, car les Camerounais avaient aussi donné le ok pour intervenir. Reste finalement l’aval du Nigéria, qui avait envoyé une délégation juste après le départ d’Idriss Déby de Paris.

Selon nos sources, les préparatifs devraient commencer incessamment et le Tchad aurait donné son aval, en faisant retourner certaines forces parties dans l’expédition au Tibesti, renforcées par d’autres éléments. Les forces de Barkhane quand eux interviendraient dans les rotations aériennes, drones et hélicoptères de combats. Les renseignements en amont sont dédiés aux Français et Américains. L’éradication de Boko Haram serait une question de semaines.

Tchadanthropus-tribune

1051 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article