Le pétrole tchadien a généré pour le Cameroun des droits de transit évalués à 11,58 milliards F CFA au 1er trimestre 2019 contre 8,38 milliards F CFA sur la même période de l’année précédente, soit une hausse de 38,19 %, rapporte dans un communiqué reçu mercredi à APA, le Comité de pilotage et de suivi des pipelines.

Du 1er au 30 avril 2019, le volume cumulé des enlèvements du brut tchadien au terminal de Kribi (sud) a atteint 15,13 millions de barils contre 12,07 millions de barils au 1er trimestre 2018. Au cours de cette année, le Trésor camerounais a engrangé 30 milliards F CFA de recettes sur cet ouvrage mis en service le 24 juillet 2003.

L’oléoduc, à cheval entre le Cameroun et le Tchad, couvre une distance de 1080 kilomètres dont 900 dans le territoire camerounais. Cette infrastructure est exploitée par Cameroon Oil Transportation Company (Cotco) et par Tchad Oil Transportation Company (Totco), des filiales du pétrolier américain ExxonMobil.

Les droits de transit de ce pipeline ont récemment fait l’objet d’une révision à travers une convention d’établissement signée en fin septembre 2018. Celle-ci a fait passer le baril de 1,30 (762 F CFA) à 1,32 dollar US (774 F CFA) jusqu’au 30 septembre 2023.

Avec cette approche sur le long terme basée sur la négociation à un taux fixe des frais de transit par baril, ExxonMobil espère « avoir une source sûre de revenus plutôt que d’être à la merci des prix parfois volatiles du pétrole ».

Tchadanthropus-tribune avec Cameroon Online

1914 Vues

  • ANALYSE:

    1.
    Droit de Transit- Taux = 774 FCFA/baril (bbl.)

    2.
    Hypothèse admise:
    Trimestre =3 x30 jours = 90 jours (jrs).
    3.
    Nombre de barils cumulé par trimestre:
    =11 580 000 000 FCFA /((774FCFA/bbl) x90jrs)

    = 166 236 bbl/jr

    Du 1er au 30 avril 2019 =30jours (jr);
    Volume brut cumulé = 15 130 000 barils (bbl)

    Nombre de barils cumulés/ jour ou
    Volume journalier pompé = 15 130 000bbl/30jr

    = 504 333 bbl/jr ???

    Est-ce qu’il s’agit de la période allant du 1er janvier au 30 avril 2019 (en place et lieu de celle du 1er avril au 30 avril)?

    NOTE:
    1.
    Le taux des frais de transit doit être fonction du prix du baril ou du bénéfice que réalise ou réalisera le producteur. En maintenant un taux fixe, advenant que le coût du baril augmente de 40 a 95 dollars un jour, seul le producteur profitera de cette aubaine ou augmentation.

    2.
    Il aurait fallait ajouter un facteur de correction, a l’effet que: Si on a fixé ce taux de 1.32$/baril a un moment ou le baril coûtait 40$ (soit, 1.32$/40$ = 0.033 ou 3.3%), la logique voudrait que si le coût du baril passe a 95$, le taux de frais de transit soit de: 1.32 x(95$/40$) = 3.135$/baril.

    3.
    Autrement dit, le taux de frais de transit doit évoluer avec le coût du baril en appliquant tout simplement le pourcentage de 3.3% déterminé lorsque dans l’exemple du présent calcul, le baril valait 40$ (soit, 3.3 % de 95$=3.135$).

    4.
    Pourquoi, le producteur a accepté fin septembre 2018 d’augmenter ce taux de frais de transit de 1.30 a 1.32$/baril, mais que ce taux reste fixe pour au moins les 5 prochaines années a venir?

    Et pourtant le producteur sait mieux que quiconque, et ce, sur la base des prévisions régulièrement mis a jour par l’Administration de l’Information sur l’Énergie des EU(US- EIA), l’évolution du coût du baril.

    a)
    Ce n’est pas loin de ce qu’on connaît de la combine: retrait de Chevron Texaco et l’implication de glencore au Tchad.

    b)
    Pour une fois les camerounais a la table de négociation ne portaient des lunette IR, ou ….

    c)
    Qu’en est-il de l’autre coté ou a l’Est du fleuvre Chari?

    S.

    Commentaire par Soumaine Dehkissia, ing/Eng.PhD. le 5 juin 2019 à 18 h 41 min
  • DEUXIÈME PARTIE DE L’ANALYSE (ANALYSE SUITE):

    1.
    Pour un taux de production de 166 236 barils/jour (bbl/jr),
    L’état a encaissé, dit-on: 11 580 000 000 FCFA, par trimestre

    VÉRIFICATION:

    (166 236 bbl/jr)*(774FCFA/bbl)*(90jr/trimestre)=
    11 580 000 000 F-CFA – Correct!

    2.
    Dans le même article, si on se fie a la date de publication du 2 juin, 2019, on nous apprend au paragraphe 2 qu’au cours de cette année 2019, le trésor camerounais, rien qu’en dormant tranquillement, a engrangé 30 milliards de F-CFA de recettes.

    Ça marche jusqu’à la?

    3.
    Si on fait l’hypothèse la plus farfelue, voulant que les données ont été collectées et publiées le même jour du 2 juin 2019, du 1er ou du 2 janvier au 2 juin 2019, il y a eu
    150 jours (5 x30jours).

    Vérification en appliquant le taux de frais de transit
    = (166 236bbl/jr)*(774-FCFA/bbl)*150jr
    = 19 300 000 000 F-FCA (après arrondissement)-
    Ça sent quelque chose de mauvais même avec cette hypothèse grotesque, somme toute exagérée, sous réserve que les données ont été collectées et publiées le même jour du 2juin.

    Rendu la, qu’est-ce qu’on doit regarder ou questionner?

    Le taux de production qui ne serait pas celui précédemment déterminé et considéré, c’est-a-dire
    le taux de production ne serait pas de 166 236baril/jour.

    4.
    Pour avoir 30 milliards F-FCA de recettes de droit de transit au taux fixe de 774F-FCA/bbl, une simulation, ou une simple règle de trois nous permet de déterminer le taux de production ou de cumul par jour:

    = (166236bbl/jr)*(30 *10^9 F-CFA) /(19.3*10^9 F-CFA) =258 000 bbl/jr (soit a peu prêt, le taux de production initialement prévu de 225 000 barils/jr en 2003).

    5.
    Pour ceux qui ont une la mémoire longue, se souviendront
    que le taux de production était de 504 333bbl/jr du 1er au 30 avril 2019, soit 15.13 millions de barils en 30 jours (ref. 1ere partie de l’analyse deja publiée)

    6.
    Et si ce chiffre (peut-être correct, peut-être erroné) était vrai, quelle serait l’assiette des recettes du trésors Paulien, disons, du Cameroun cette année, autrement dit en 150 jours depuis 1er janvier jusqu’à la publication de l’article ?

    L’assiette des recettes du trésor Paulien serait
    = (504 333bbl/jr)*(774F-CFA/bbl) *(150jr)
    =58 553 061 300 F-CFA (58,553 milliards de F-CFA)

    Soit un écart ou manque a gagner pour le trésor camerounais de: (58,55milliards – 30 milliards )
    28.55 MILLIARDS.

    7.
    Si on divise soit le taux de production ou soit ce que cela rapporte en termes de frais de transit, par un facteur de 2,
    nous avons, respectivement:

    a) (504 333 bbl/jr)/2 = 252 000bbl/jr
    b) (58.55milliards F-FCA)/2 = 29,28 MILLIARDS F-CFA.

    8.
    Il y a problème dans ce sens qu’on n’arrive pas a réconcilier les trois données importantes, telles qu’il APPERT de l’article, a savoir:

    a)
    11,58 milliards F-CFA qui correspond a un taux de production journalier de 166236bbls/jour;

    b)
    15.13 millions de barils en 30 jours, soit du 1er au 30 avril 2019, qui correspond a un taux de production de
    504 333 bbls/jour;

    c)
    Recette de 30 milliards engrangé au cours de cette année, soit en 150jours qui correspond a un taux de production de 258 000 bbls/jour

    Remarque:

    On retiendra qu’en divisant la production au point
    (b) par 2, on obtient (252 000 bbl/jour) a peu près, la même production au point (c), soit 258kbbl/jr autrement dit, 258 000bbl/jr.

    Ceci ouvre un débat sur le taux de production réelle, depuis le champ ou se repose l’oncle de Yoro. Il y a quelque chose qui cloche avec ces données qu’on nous a balancées, soit elles sont étaient mal collectées (mais la?) ou soit que le 7ieme jour qui appartient au propriétaire de la chose, sachant que l’autre (…) n’a que 6 jours/7.

    – Est-ce que c’est 166 236bbl/jr?
    – Est-ce que c’est 504 333bbls/jr?
    – Est-ce que c’est 25200 ou258 000bbl/jour?

    Le taux de production de 252 000 ou 258 000 bbl/jr
    est a surveiller de trop près car il trop proche du taux
    de production de 225000bbl/jr, initialement prévu pour 25 ou 30 ans.

    9.
    On espère que les journalistes, après investigation et vérification de leurs sources, vont nous revenir la-dessus avec des prévisions et/ou corrections

    SIGNALEMENT:

    L’enjeu est de taille pour les deux pays concernés quand on sait que le taux de production n’a pas seulement un impact sur les frais de transit, mais aussi et SURTOUT, sur la redevance car les deux sont fonction de la production
    E.g.: Y=f(x) et Z=gof(x)

    Au besoin, avec les moyens technologiques existant(s) aujourd’hui nous pouvons-vous conseiller et /ou aider a suivre a la seconde ou a la minute, la quantité réelle du brut pétrolier qui est pompée du Tchad au Cameroun, depuis vos bureaux.

    A cet effet, il vous suffit de nous contacter aux adresses suivantes:

    Contact#1:

    Présentement en mission en Afrique, dans l’espace CEMAC
    Courriel: i.guiagoussou@upgradingclinic.ca
    pour joindre M. Ibrahim Guiagoussou,
    Directeur Commercial;

    Contact#2:

    Courriel: s.dehkissia@upgradingclinic.ca
    pour joindre M. S. Dehkissia, Dirigeant Principal

    Contact#3: Nouveau recru:

    Courriel: fmunyabagisha@hotmail.com
    Pour joindre M. François, Munyabagisha, Contrôleur et Comptable, membre du Conseil d’Administration provisoire.

    Pour visiter le site siteweb provisoire de la compagnie “Clinique de Valorisation- Fournier et Filles Inc.”, présentement en cours de transfert, rendez-vous a:

    https://www.upgradingclinic.ca

    Commentaire par S. Dehkissia, ing./Eng., Ph.D. le 6 juin 2019 à 2 h 37 min