Le gouvernement camerounais réclame une augmentation des droits de transit du pétrole tchadien jusqu’au port de Kribi

 

Entre l’année 2011 et le 31 octobre 2012, les droits de transit du pétrole tchadien sur le sol camerounais sont passés de 7 milliards de FCFA à 6,53 milliards de FCFA. Une baisse perceptible également au niveau du taux d’enlèvement du pétrole tchadien au port de Kribi. En effet, entre le 1er janvier et le 31 octobre 2012, seulement 31,16 millions de barils de brut, pompé dans les champs pétrolifères de Kome au sud du Tchad, ont transité par le Cameroun. Alors qu’à la même période l’année précédente on enregistrait 34,85 millions de barils. Selon le communiqué annonçant la tenue de la deuxième session ordinaire du Comité de pilotage et de suivi des pipelines (CPSP), cette baisse s’explique par la réduction des quantités transportées.

 

 
© nkul-beti-camer.org 
Les deux présidents du Tchad (d) et du Cameroun (g)

C’est d’ailleurs pour cette raison que le gouvernement camerounais a décidé de réviser les droits de transit du pétrole tchadien sur son sol. Celui-ci pense que les droits de passage, négociés en 1993 au moment où le baril de Brent était à 15 dollars, sont aujourd’hui largement dépassés. Par cette revendication, le Cameroun souhaite aligner ses royalties à la réalité du marché international du pétrole, où le baril se négocie actuellement autour de 115 dollars. Encore que le consortium d’entreprises pétrolières engagé dans le pipeline est déjà rentré dans ses frais, pendant que le Cameroun négocie encore les remboursements des emprunts contractés auprès des bailleurs de fonds. En effet, certains des documents comptables révèlent que trois ans seulement après l’entrée en activité du pipeline, les sociétés pétrolières Exxon-Mobil, Petronas et Chevron-Texaco, avaient déjà réussi à empocher la totalité des 2300 milliards de FCFA qu’elles ont investis dans le projet. Et ceci grâce à la stabilité qu’on note sur les cours du pétrole brut sur le marché mondial ces derniers temps. 
 

Selon le dernier communiqué du CPSP, les enlèvements de brut sont au nombre de 462 depuis l’entrée en activité du pipeline Tchad-Cameroun le 3 octobre 2003. 417 millions de barils de pétrole ont ainsi été enlevés, pour des retombées financières totales de 171 millions de dollars, soit 85,5 milliards de Fcfa. Avec les derniers chiffres du mois d’octobre 2012, le montant total des sommes engrangées par le Trésor public se situe autour de 92 milliards de FCFA pour près de 450 millions de barils de pétrole enlevés. Les modalités de la hausse seront examinées lors du prochain conseil d’administration de la Cameroon Oil Transportation Company COTCO), gestionnaire global du pipeline Tchad-Cameroun. Les négociations semblent cependant en bonne voie, car le ministère camerounais en charge de l’Eau et de l’Energie annonçait, il y a quelques temps déjà, que le Président tchadien Idriss Deby a donné son accord quant à la requête du Cameroun. 

Par Henrie Lucie Nombi
277 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article