POURQUOI S’AGIT- IL D’UN DÉTOURNEMENT VOILÉ DE DENIERS PUBLICS CAMEROUNAIS ? LES CAMEROUNAIS APPELÉS À S’OPPOSER  À CETTE OPÉRATION.

Pour exporter son pétrole brut, le Tchad devait trouver un moyen de l’acheminer vers un port. Ce pays avait le choix entre le Cameroun et le Soudan. Mais finalement, le Cameroun a été choisi.

C’est ainsi qu’une société qui devait gérer le pipeline  qui transporte le pétrole tchadien sur le territoire camerounais, jusqu’au port de kribi, a été créée en 1998.

Cette société s’appelle COTCO. Le capital social de COTCO était reparti ainsi qu’il suit :

  • Exxon : 41,6%
  • Petronas : 29,77%
  • Société des Hydrocarbures du Tchad : 24%
  • SNH : 5,17%

En 2022, la société américaine EXXON MOBIL, actionnaire majoritaire, qui a trouvé que le projet n’était plus rentable, a décidé de vendre les actions qu’elle détenait dans COTCO.

Une curieuse filiale offshore de la société anglaise SAVANNAH ENERGY basée au BAHAMAS dans un paradis fiscal, et dénommée SAVANAH MIDSTREAM INVESTSEMENTS LIMITED (SMIL), s’est présentée et lui a proposé de racheter ses actions.

Ainsi un acte de cession d’actions de COTCO, a été signé entre EXXON et SAVANNAH MIDSTREAM, qui est différent de SAVANNAH ENERGY LONDRES comme rappelé sus.

Comme dans toutes les sociétés, lorsqu’ un nouvel actionnaire majoritaire entre dans le capital, les autres associés ont le droit de connaître s’il est fiable, en faisant des investigations qu’on appelle dans le jargon la due diligence. Surtout lorsqu’on a affaire à une société offshore.

Les autorités tchadiennes ont  constaté que ce SAVANNAH offshore  n’avait pas des moyens pour gérer le pipeline. Ce qui mettrait en danger le transport de leur pétrole. Ce qui est tout à fait logique dans la mesure où le pétrole représente 80% des revenus de son budget.

Elles se sont donc opposées à cette transaction entre EXXON et SAVANNAH OFFSHORE. Mais la SNH qui est actionnaire minoritaire a décidé de valider cette transaction.

L’affaire qui déclenche l’incident entre le Cameroun et le Tchad, c’est la signature le 20 avril 2023 d’une convention entre la SNH, la société des Hydrocarbures du Cameroun  et  offshore de SAVANNAH MIDSTREAM.

Cette convention portait sur l’achat par la SNH de 10% des actions que SAVANAH MIDSTREAM avait acquises auprès de EXXON MOBILE.

La SNH a acheté ces 10% d’actions de SAVANNAH en devises a 44,9 millions de dollars américains, soit en CFA   26 milliards de FCFA.

Une somme d’ailleurs exorbitante et économique injustifiée au vu des résultats de COTCO qui réalisé par an, comme en 2021, 20 milliards de bénéfices avant impôts, à distribuer à tous les actionnaires.

Il faudra environ 10 ans à la SNH pour amortir un tel investissement. La question qu’on se pose est celle de savoir quel était l’intérêt de la SNH d’acheter des actions économiquement non attractive et faisant l’objet d’une querelle avec l’actionnaire tchadien dont le pétrole est transporté ?

En réalité, la SNH venait au secours de SAVANNAH offshore  qui n’a pas encore payé EXXON MOBILE. Les 26 milliards versées par la SNH vont certainement servir de collatéral, c’est à dire de montage d’un instrument financier pour lever le reste d’argent qui permettra à SAVANNAH offshore de lever les fonds pour payer le prix d’acquisition des actions auprès de EXXON.

Pour dire les choses simplement, l’argent versé par la SNH sous prétexte d’achat de 10% d’actions servira de contrepartie à SAVANNAH, pour obtenir des financements ou des crédits sur les places financières.

C’est pourquoi cette opération s’apparente à un détournement de deniers publics camerounais. Pourquoi la SNH elle-même ne s’est pas positionnée directement en acquérant les actions que vendait EXXON MOBILE au lieu  d’utiliser l’argent des camerounais pour aider une nébuleuse offshore ?

Pourquoi cette empathie envers une curieuse société étrangère, si ce n’est en réalité qu’une affaire derrière laquelle se cachent et  autour de laquelle gravitent des intérêts camerounais obscurs et privés ?

Le risque d’une société écran est grand. Que c’est triste de voir des camerounais égoïstes, ne pensant qu’à leur bien-être, au détriment des pauvres populations !

Ils n’ont aucun sens de l’intérêt général et du bonheur pour tous. Nous appelons toutes les forces vives à s’opposer à cette opération d’achat de 10% des actions de SAVANNAH offshore.

 

Christian Ntimbane Bomo
Société Civile des RECONCILIATEURS.

1736 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire