Les conducteurs des engins à  deux et quatre roues se sont réveillés ce matin avec une surprise désagréable dans les stations services et dans les ruelles de Ndjamena où le carburant est vendu. Le  litre d’essence coûtait 1000f au lieu de 550f. Une flambée de prix qui n’était pas mobile. Le Seuil d’un litre à 2500f a été atteint dans l’après midi.

 

Tout a commencé dans la soirée du dimanche 05 Mars 2022. Les stations services de la capitale ont connu une affluence importante des engins à deux et quatre dans un fil indien interminable  pendant des heures pour des raisons de pénurie du carburant. Quelques usagers, ne sachant à quel sein se vouer, ont dû pousser leurs engins jusqu’à chez eux pour ceux ayant un réservoir tout sec.

 

La situation a quitté du mal au pire dans la matinée de ce lundi 06 Mars 2023 où un litre d’essence a été vendu entre 2000 a 2500f dans le 9eme arrondissement de la ville de Ndjamena. Quelques stations service ayant épuisés leurs stocks et  dépassés, ont fermé les portes. Les stations services qui résistent encore accueillent en grande pompe les usagers. D’autres conducteurs sont sommés de pousser leurs engins d’un lieu à un autre avant de se procurer du carburant.

« Nous sommes à la station depuis 4 heures du matin. Le gérant a annoncé qu’il y avait un peu de carburant, mais maintenant qu’il y a beaucoup de monde, il dit qu’il n’y en a plus. Nous allons rester même si cela prend toute la nuit », déclare un client d’une station-service dans le 7e arrondissement ce lundi à nos confrères de l’alwihda.

 

La situation qui est jusque là inexplicable et  semble être préoccupante pour la population Tchadienne joue véritablement sur le revenu et la vie des tchadiens qui effectuent des déplacements à longueur de journée partout dans la ville à la recherche de leur pitance quotidienne.

“Je suis furieux que nous ne puissions pas trouver de carburant dans cette ville capitale. C’est inacceptable que nous devions faire la queue pendant des heures pour obtenir un peu de carburant dans quelques rares stations-service“, s’exclame un conducteur de véhicule en panne sèche pour manque de carburant devant la station Total de Gassi. “Je ne peux pas croire que notre gouvernement n’a pas anticipé ce genre de situation et pris des mesures pour remédier même si on évoque qu’il y aura maintenance de la raffinerie de Djarmaya dans les jours à venir“, s’écrie Ahmat, très en colère à Tchad info

 

L’autorité de régulation du Secteur Pétrolier Aval (ARSAT) doit en effet se prononcer sur cette situation afin de situer la population sur ce problème qui ralentit considérablement  l’économie du secteur informel. Aussi Chercher des voix et moyens pour une solution rapide. Le silence face à cette crise ne peut qu’augmenter la tension de la population.

 

Mbaïlassem Emmanuel.

Le Tchadanthropus-tribune

2134 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire