Plusieurs associations satellisées au pouvoir MPS ont été actionnées pour contrer les actions de l’opposition. Depuis l’annonce de la table ronde de Paris (PND), plusieurs soi-disant leaders ergotent de leur pensée mercantile pour annihiler les hypothèses de contradictions que propose l’opposition démocratique, certains s’entre mélangeant les genres débitent et ergotent à satiété jusqu’à oublier l’essentiel. Que dit l’opposition en général ? Qu’il faudrait mettre des garde-fous afin que l’argent des bailleurs ne soit pas dilapidé comme ce fut pour la gestion du pétrole tchadien. Il faut une conditionnalité aux octrois d’aide et de projet. Pour d’autres dans l’opposition, il faut sursoir à cette table ronde et parler d’abord de paix, de baisser la tension sociale avant de procéder à l’appel des bailleurs. Des idées tant s’en faut à prospecter et imaginer le bien-être ensemble. Mais cela, ne plait guère au gouvernement et à son régime, qui lâche ses dobermans (Mahamoud Ali Seid, Mahamat Digadimbaye et autres) à faire des tribunes à l’emporte-pièce.

 

Sans génie, Mahamoud Ali Seid se défoule “ Le président de la Coalition des Associations de la société civile pour l’Action Citoyenne (CASAC), MAHAMOUD ALI SEID a déclaré que des groupes armés terroristes -faisant allusion aux rebelles tchadiens- chercheraient la destruction le Tchad, car dit-il, qu’aucune tentative, qu’aucune chausse-trappe ourdie contre le pays ne passera, car ils se tiennent debout comme un seul homme, pour défendre cette paix, qui est incontestablement profitable pour toute la population. Et de souligner que les Tchadiens ont suffisamment connu les affres de la guerre, et à ce titre qu’ils ne permettront jamais encore, que des individus malintentionnés, qui plus sont, aventuriers, en accointance avérée avec le terrorisme international, puissent accomplir leur souhait de détruire le Tchad “. 

Tout le monde sait comment et par quel biais Mahamoud Ali Seid a atterri comme DAF (directeur des affaires administratives et financières) à la présidence. Faut-il revenir sur comment et par quel stratagème il est arrivé à accrocher ce poste alors qu’il y a plusieurs cadres mieux lotis que lui ? Quand l’optique indicatrice de la panse guide les idéaux, rien ne se fait dans la logique. De souvenance, il fut un temps, le président de la CASAC, ce même Mahamoud Ali Seid tançait Idriss Déby en des termes acerbes, mais ça s’était avant qu’il ne soit plébiscité à la mangeoire. Nous sommes prêts à sa guise de lui rafraichir la mémoire par les archives à notre possession. “ Les terroristes et les aventuriers que nous sommes “ savons au contraire de ses désirs et ses ambitions mercantiles que nous n’emprunter jamais ensemble le chemin du patriotisme matériel qui est le sien.

 

L’autre larbin, Mahamat Digadimbaye affirme cela “ Le coordinateur national de la Coordination des Associations de la Société Civile et Défense des Droits de l’Homme (CASCIDHO), Mahamat Digadimbaye condamne toutes velléités déstabilisatrices qui proviendrait du Qatar, étant reconnu de par le monde comme un pays qui finance et entretien le terrorisme international, d’après ses propres termes “.

 

Qu’est ce que vient faire le Qatar ici ? Est-ce que Kebzabo, Alhabo, et les autres opposants qui ont émis des avis contraires ont un quelconque lien avec le Qatar ? Où est la déstabilisation quand un opposant affirme qu’il nous faut des mécanismes de contrôles, des conditions idoines pour que les bailleurs ne soient pas grugés. Un hors sujet qui explique les lexiques plats que nous servent ces associations fantoches dirigées et instruites depuis la présidence des Itno. Depuis longtemps, le régime MPS a mis en place des associations satellites, dont les responsables sont tous responsabilisés dans les structures de l’État. Ceux-ci en permanence contrôlée, deviennent les porte-flingues d’un pouvoir agonisant, injuste et prédateur… Nous reviendrons.

 

Tchadanthropus-tribune

1264 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article