La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) s’apprête à vivre une intense semaine diplomatique. Alors que le président congolais, Félix Tshisekedi, a demandé à être reçu à N’Djamena le 14 mai, en sa qualité de facilitateur de la CEEAC, pour faire un point d’étape avec son homologue Mahamat Idriss Déby sur la situation au Tchad, l’organisation régionale doit en amont y déployer une mission.

Si la date du 14 mai a dans un premier temps été avancée, Kinshasa et N’Djamena négocient actuellement afin de s’accorder sur le calendrier : le président de transition tchadienne a en effet entamé le 10 mai une tournée dans l’arrière-pays qui doit s’étendre jusqu’au 18 mai. De son côté, le président de la Commission de la CEEAC, Gilberto da Piedade Verissimo, envisage de se rendre à N’Djamena le 13 mai.

Après la répression des manifestations du 20 octobre 2022 au Tchad, qui avait entraîné la mort de plus de 120 personnes, la CEEAC avait nommé le président congolais facilitateur, et Gilberto da Piedade Verissimo envoyé spécial. C’est dans ce cadre que Félix Tshisekedi a déjà reçu l’opposant tchadien Succès Masra, à la tête du parti Les Transformateurs, à Kinshasa, le 2 mai. Avant la capitale congolaise, l’opposant en exil s’était rendu à Abidjan, où il s’était entretenu avec plusieurs officiels ivoiriens. Après son étape tchadienne, Félix Tshisekedi est attendu à Luanda.

Outre le Tchad, une autre étape attend la CEEAC. En marge d’une réunion annuelle des Nations unies réunissant les 11 Etats d’Afrique centrale du 15 au 19 mai, à Sao Tomé, le Tchadien Mangaral Banté, commissaire aux affaires politiques, paix et sécurité de la CEEAC, doit remettre au président santoméen Carlos Vila Nova le rapport de l’organisation sur le coup d’Etat manqué du 24 novembre 2022 à Sao Tomé-et-Principe.

Africa intelligence

1785 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire