Bangui, (CAJ News) – L’escalade du conflit en République centrafricaine (RCA) met en évidence le rôle joué par les mercenaires des pays voisins dans l’aggravation des tensions dans un pays en difficulté.

La RCA est en proie à l’anarchie après les scrutins tenus à la fin de l’année dernière.

Le Tchad, voisin du nord de la RCA, et le Soudan, au nord-est, sont devenus des cachettes de radicaux qui infiltrent les frontières de la RCA et commettent de nombreux actes de violence. Cela s’ajoute aux atrocités déjà commises par les groupes rebelles qui ont intensifié leurs attaques depuis les élections du 27 décembre qui ont conservé le président sortant, le président Faustin-Archange Touadéra ‘, avec 53,9% des voix.

La réponse mitigée du Tchad et du Soudan à la demande de Touadera concernant la fermeture de leurs frontières respectives pour freiner les flux illégaux de miliciens et d’armes met également en évidence les différences entre les nations africaines en ce qui concerne un engagement à assurer un continent sans conflit.

Le Tchad a apparemment fermé les yeux sur le rôle des mercenaires locaux dans la crise centrafricaine et fait la sourde oreille à la demande du gouvernement de Touadera de fermer les frontières.

Le Tchad est un poids lourd militaire dans la région agitée de l’Afrique centrale. Son défi de fermer les frontières est considéré comme le soutien du président Idriss Deby Itno à l’ancien président de la RCA en disgrâce, François Bozizé Yangouvonda. Bozizé, président de 2003 à 2013, est une figure centrale du conflit dans son pays alors que les groupes rebelles opposés à sa disqualification des élections ont intensifié leur insurrection.

Le Soudan, d’un autre côté, a répondu à la demande de la RCA. En 2019, elle a fermé les frontières avec le pays en difficulté pour endiguer les flux de soldats de fortunes et d’armes vers Bangui. Le Conseil de souveraineté du Soudan envisage également de bloquer la route d’Am-dafok, la ville frontalière de l’Afrique centrale. Cela vise à réduire la pénétration des groupements illégaux.

Pendant ce temps, à l’ouest de la RCA se trouve le Cameroun, qui n’est pas évoqué dans le même souffle que le Tchad et le Soudan à propos des mercenaires. Il reste le principal couloir d’aide aux millions de personnes souffrant en RCA, mais les groupes rebelles en ont bloqué l’accès.

Au moment de la publication, 1 600 camions en route vers la RCA étaient bloqués à la frontière avec le Cameroun.

Les camions touchés comprennent 500 transportant de l’aide humanitaire des Nations Unies (ONU) et de ses partenaires. « Ces groupes armés et leurs alliés politiques sont responsables de graves violations du droit international humanitaire ainsi que des droits de l’homme inscrits dans les instruments internationaux et nationaux », a déclaré Vladimir Monteiro, porte-parole de la mission de maintien de la paix des Nations Unies en RCA (MINUSCA).

La présence de troupes rwandaises et russes a également été utile pour repousser les rebelles.

Récemment, les forces alliées ont mené une opération pour nettoyer une base de militants près du village de Bondokpo.

Les rebelles ont été vaincus et ont fui vers le nord.

L’aggravation des tensions en RCA a anéanti les espoirs de stabilité que les élections cherchaient à restaurer.

La communauté internationale est également préoccupée. Dans une déclaration du 5 janvier, l’ONU et les organisations régionales ont mis en garde contre la désinformation, l’incitation et les discours de haine. Il a exhorté toutes les parties à accepter et à respecter les décisions de la Cour constitutionnelle sur les résultats définitifs.

La Croix-Rouge rapporte que près de 100 000 personnes ont fui les combats qui ont éclaté entre le gouvernement et les groupes armés depuis les6 élections.

Plus de 84 000 civils ont cherché refuge dans les pays voisins.

CAJ News

OMAN MBIKO

4338 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire