Le ministre des affaires étrangères chinois Wang Yi a profité de sa première visite au Burkina Faso, le 4 janvier, pour annoncer le décaissement de plus 40 millions € en faveur du G5 Sahel. Dans les bagages de Pékin depuis la normalisation de ses relations avec Ouagadougou (LC n°777LC n°780) cette annonce était attendue avec impatience par les chefs des États membres (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad). En juillet, l’empire du Milieu avait déjà fait savoir au chef de l’Etat nigérien Mahamadou Issoufou, président en exercice de la force conjointe, sa plus grande implication. Un signe également de la volonté de la Chine d’occuper le terrain, notamment militaire, au Sahel, région où ce pays déploie déjà 400 casques bleus au sein de la Minusma. Une partie de la contribution chinoise transitera par le fonds fiduciaire du G5 Sahel. Pékin, qui lorgne d’importants projets du volet développement G5 Sahel comme la construction d’un Trans-sahélien (LC n° 786), doit également soutenir le secrétariat permanent de cette force à hauteur d’1,5 million €.

Tchadanthropus-tribune avec la lettre du Continent

911 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article