De source locale, les travailleurs tchadiens exerçant dans les entreprises SHANDONG International, HBP International, sont maltraités par les Chinois de la place à Doba.

Selon nos sources, les travailleurs locaux perçoivent à peine 3000 FCFA par jour, mais ne bénéficient d’aucun point de restauration dans l’environnement du travail, ce qui est en contradiction avec les contrats signés. Les Tchadiens qui y travaillent lourdement des fois au-delà des heures réglementaires. Pas de point de restauration, pas de transport pourtant le site est loin des habitations, pas de couverture sanitaire à l’exemple des autres sociétés et en cas d’accident de travail, ils ne sont pas couverts par la CNPS. C’est ainsi que beaucoup de travailleurs locaux sont plus intéressés par les sociétés américaines ou françaises assez souvent respectueuses des termes des contrats.

Aux abords de ces sociétés chinoises quelques gargotes ont poussé, autant insalubre et poussiéreuses dont les conditions d’hygiène laissent à désirer.

À Doba, les travailleurs qui collaborent avec les sociétés chinoises sont sceptiques, mais ils appellent aux autorités qui régulent le cahier de charge des entreprises exerçant au Tchad à faire pression sur les Chinois afin qu’ils respectent les contrats des travailleurs locaux.

Tchadanthropus-tribune

1018 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article