La Confédération Indépendante des Syndicats du Tchad (CIST) a déclaré vendredi, à l’occasion de la fête du travail du 1er mai 2020, que les mesures sociales annoncées par le chef de l’État, bien qu’appréciées, ne prennent pas en compte “les difficultés réelles des travailleurs.”

Selon le ​​​​​​​​secrétaire général de la CISTT, Mahamat Nasradine Moussa, face à la pandémie de Covid-19, “le monde retient son souffle et s’interroge sur son devenir, les politiques et les stratégies mises en œuvre jusque-là ne semblent pas enrayer la propagation du virus.”

Étant donné que le travail de rapprochement du fichier de la solde avec celui de rapport du comité paritaire est achevé, et pour que la lutte de COVID 19 soit équitable, la CIST demande au Gouvernement “le paiement des frais de transport fin de mois de mai 2020 ainsi que la levée du gel des effets financiers des avancements et reclassements.”

Elle saisit l’occasion pour demander au gouvernement de “mieux faire pour protéger davantage le personnel soignant.”

La commémoration de la journée internationale du travail, le 1er Mai 2020 s’est déroulée dans un contexte exceptionnel marqué par la pandémie du coronavirus. Cette année, les festivités ont été “purement et simplement” repoussées à une date ultérieure.

Tchadanthropus-tribune

291 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article