Les vrais commis de l’État ne vantent pas leur mérite. Cette maxime fait le constat des administrateurs d’outre-mer, ceux qui ont servi le Tchad avec simplement un brevet, qui l’ont servi loyalement et sincèrement dans la rigueur du métier. Ils sont nombreux, ces commis qui ont servi la patrie, envers lesquels la patrie n’a pas été reconnaissante.

Préfet, sous-préfet, chef de poste administratif, ministre, qui ont servi de régime en régime et ayant inscrit leur nom en lettre d’or dans l’administration tchadienne sans aucune forme de publicité.

Voilà qu’arrivent lesdits fonctionnaires d’une autre époque, qui cherchent la lumière dans la facilité, la publicité quand ils pensent que les projecteurs ne sont pas tournés sur eux. Une gent qui paye leur écriteau pour vendre des mérites inappropriés, et faire un clin d’œil béant pour attirer les projecteurs, et faire dire qu’ils existent, et qu’il ne faut pas les oublier. Qu’ont-ils fait de mieux que les vrais commis d’État cités ci-haut ? Voudraient-ils toujours être au-devant de la scène pendant des décennies alors que d’autres compétences arrivent sur le marché ? Mieux, quels résultats probants liés à la gestion des budgets et la culture des résultats leur sont reconnus ?

Le Tchad est vaste, et il peut y avoir de la place pour tout le monde, mais de grâce, gageons de faire preuve d’humilité et de moins d’égocentrisme. Il y a d’autres Tchadiens bourrés de compétences et qui font profil bas. C’est le résultat de leur travail, et la qualité de leur production qui les précède, mais la publicité qu’ils font sur leur personne à travers des médias qu’ils payent.

Nous rêvons tous d’un Tchad de qualité, de pointure en matière d’ingénierie, d’expertise et de promptitude, que ceux qui sont mêlés au travers de la mauvaise gouvernance, impliquée dans la gabegie financière de l’État, détournant les deniers de l’État, ne seraient-ce que dans les réformes des matériaux, véhicules, sans suivre les règlements les plus élémentaires, s’abstiennent de vendre aux Tchadiens des chimères, ou des faciès qui ne sont plus propres comme ils le pensent, car les dossiers peuvent facilement être dépoussiérés pour les confondre avec leurs lubies.

Le Tchad éternel, celui des valeurs existe encore dans les subconscients des vrais patriotes qui veulent relever les défis de l’avenir.

Tchadanthropus-tribune

745 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire